Municipales : les scores historiques du FN n'échappent pas à la presse européenne...

  • A
  • A
Municipales : les scores historiques du FN n'échappent pas à la presse européenne...
Partagez sur :

Il s'agit d'une véritable défaite pour François Hollande, estime les journaux européens...

Au lendemain du premier tour des élections municipales en France, la presse européenne ne manque pas de remarquer qu'il s'agit d'un sérieux revers pour le président socialiste François Hollande. "Scores historiques pour le Front National, abstention record (...) sont les principaux enseignements de ce scrutin", note le quotidien espagnol 'El Pais', rappelant au passage que la sanction est plus sévère que ce que prévoyaient les sondages pour les socialistes. En outre, le journaliste cite l'arrivée en tête inattendue de Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) devant Anne Hidalgo (PS) à Paris mais aussi la sérieuse défaite du PS à Marseille. Le parti, qui détenait quatre des huit secteurs de la ville, pourrait n'en conserver qu'un seul, celui de Samia Ghali, dans les quartiers Nord de la ville. "Nette percée de l'extrême droite et punition pour le gouvernement de François Hollande", renchérit 'El Mundo'. " Le triomphe du FN " En Grande-Bretagne, 'The Financial Times', titre "François Hollande se prend une claque par le Front National ". Le journal rappelle ainsi que le parti a remporté la ville d'Hénin-Beaumont dès le premier tour, Steeve Briois, ayant rallié 50,26% des voix, loin devant le maire sortant divers gauche Eugène Binaisse (32,04%). Il cite par ailleurs les bons scores du FN à Avignon, Béziers, Fréjus ou encore Forbach. Même son de cloche du côté de l'Allemagne : "le FN se déclare comme la troisième force politique, après le PS et l'UMP", écrit le 'Spiegel', pour qui la forte abstention a eu des conséquences regrettables sur les socialistes. Enfin, en Italie le diagnostic est similaire. Le quotidien 'Repubblica' qualifie le score du FN de "triomphe". " Il est le véritable vainqueur du premier tour (...) alors que le PS s'effondre affecté par la popularité au plus bas de François Hollande", écrit-il.