Moscovici candidat à Bruxelles, Elisabeth Guiguou aussi

  • A
  • A
Moscovici candidat à Bruxelles, Elisabeth Guiguou aussi
Partagez sur :

Les deux socialistes se disputent le poste, qui sera attribué après les élections européennes...

"D'autres aventures m'attendent au service de notre pays"... Pierre Moscovici a confirmé mercredi être candidat au poste de commissaire européen, à l'issue d'une rencontre avec le nouveau Premier ministre Manuel Valls. Après deux ans à Bercy, l'ex-ministre de l'Economie et des Finances aurait négocié une porte de sortie avec François Hollande pour prendre un poste à Bruxelles, après les élections européennes du mois de mai. "Avoir été ministre des Finances pendant deux ans après avoir été ministre des Affaires européennes et vice-président du Parlement européen et parlementaire depuis 20 ans, ça me donne une expérience, un capital que je veux mettre au service de mon pays", a expliqué Pierre Moscovici. "Tout ce que je fais et toutes les décisions qui ont été prises l'ont été en bonne intelligence, en confiance, en amitié avec le président", a-t-il expliqué. "S'il souhaite me confier d'autres responsabilités au service du pays, nous en avons parlé, et je suis évidemment disponible." Une autre candidate Mais une autre candidate s'est déclarée : la socialiste Elisabeth Guigou, ex-ministre de la Justice et des Affaires européennes, compte bien elle aussi décrocher ce poste. "J'ai fait connaître mon intérêt et je persiste", a-t-elle déclaré à Reuters. Elle affirme pouvoir occuper "toutes sortes de postes" à la Commission. "A ma connaissance, la décision n'est pas prise", selon elle. Problème : Pierre Moscovici semble considérer ce poste comme acquis, tout comme Michel Sapin, son successeur aux Finances dans le gouvernement "C'est un nouveau départ qui te ramènera beaucoup à Bercy", a-t-il déclaré lors de la passation de pouvoir. L'exécutif communautaire sera renouvelé après les élections européennes du mois de mai. A Bruxelles, le président de la Commission sera désigné par les dirigeants européens réunis en sommet. Il pourra ensuite choisir, avec les gouvernements des Vingt-Huit, les 27 autres membres de son équipe.