Moody's s'inquiète de la hausse de la dette des régions françaises

  • A
  • A
Moody's s'inquiète de la hausse de la dette des régions françaises
Partagez sur :

Selon l'agence de notation, la rapide augmentation de la dette est négative pour leur profil crédit.

L'Observatoire des Finances Locales (OFL), l'organisme public qui fournit des prévisions officielles sur les finances des conseils généraux et régionaux, a publié son rapport 2014 la semaine dernière. Un document sur lequel s'est penchée Moody's, et selon l'agence de notation, la rapide augmentation de la dette des régions est négative pour leur profil crédit. "Les régions françaises, contrairement aux municipalités et aux départements, ne réduisent pas leurs dépenses en capital pour compenser l'arrêt des virements de l'Etat", peut-on lire dans ce document, qui explique que "la faible croissance économique et la hausse des dépenses d'exploitation compriment de plus en plus leurs finances". Disparition des départements Pour Daniel Marty, analyste associé chez Moody's, en 2014, les régions afficheront des déficits plus élevés et le rapport de la dette régionale aux revenus d'exploitation atteindra environ 93% en 2014, contre 88% en 2013 et 81% en 2011. Par ailleurs, l'équilibre d'exploitation des régions baissera de 3% cette année, ce qui, ajouté à leur décision de maintenir leurs dépenses de capital, va augmenter leur déficit et leur niveau d'endettement plus rapidement que prévu. "Si le cadre actuel reste inchangé, la capacité limitée de régions à générer des revenus supplémentaires continuera probablement de restreindre tout effort de consolidation entrepris après cette année, augmentant encore le niveau d'endettement", analyse Moody's. "Cependant, nous notons que la réforme territoriale, en transférant une partie des ressources fiscales des départements les plus souples, devrait améliorer l'autonomie fiscale des régions. Mais ces effets ne se feront ressentir qu'avec la disparition des départements, prévue pour 2020".