Moody's justifie la dégradation du Japon

  • A
  • A
Moody's justifie la dégradation du Japon
Partagez sur :

"D'importants déficits budgétaires et l'accumulation de la dette publique japonaise" ont poussé l'agence à abaisser la note...

Trop concentrés sur les problèmes de dettes souveraines des occidentaux, les marchés en avaient presque oublié le Japon, son surendettement endémique et sa croissance économique ébranlée par les catastrophes qui ont ravagé le pays au printemps dernier. L'agence Moody's s'est donc chargée de rappeler aux investisseurs la dure réalité financière du pays, en dégradant la note du Japon à 'Aa3' ce matin. Un abaissement qui cible la dette à long terme du pays en raison du très lourd endettement nippon. Pour Moody's, "la dégradation de la notation est motivée par d'importants déficits budgétaires et l'accumulation de la dette publique japonaise depuis la récession mondiale de 2009. Plusieurs facteurs font qu'il est difficile pour le Japon de réduire la proportion de l'endettement vis-à-vis du PIB, d'où l'abaissement de sa note". L'agence juge que "le désastre du printemps dernier a retardé la reprise après la récession mondiale de 2009 et aggravé la déflation. Les perspectives de croissance économique sont faibles, ce qui rend plus difficile pour le gouvernement d'atteindre les objectifs de réduction du déficit et de lancer une vaste réforme du système fiscal et de prestations sociales". Moody's insiste par ailleurs sur l'instabilité politique du pays en soulignant qu'au cours des cinq dernières années, les changements fréquents de dirigeants ont empêché le gouvernement de mettre en oeuvre des stratégies économiques et fiscales "qui puissent être efficaces et durables". Naoto Kan, le Premier ministre japonais, a jugé cet abaissement "regrettable", mais le ministre des Finances, Yoshihiko Noda, s'est aussitôt voulu rassurant en expliquant que "le placement sans problème des bons du Trésor japonais auprès d'investisseurs montrait que la confiance en ces derniers reste intacte". Moody's a toutefois abaissé au passage les notes à long terme de plusieurs établissements bancaires nippons, de quoi plomber l'ambiance dans le secteur financier et faire rechuter la Bourse de Tokyo de plus de 1% ce mercredi matin. Sur les devises, alors que le Yen reste proche de ses sommets depuis 1945 face au dollar, à 76,65/$ entre banques, différentes mesures de soutien pour contrer cette surévaluation monétaire ont été annoncées par le gouvernement japonais à l'attention des entreprises exportatrices... faute de mieux.