Moody's dégrade la note de la dette grecque d'un cran à Ca

  • A
  • A
Moody's dégrade la note de la dette grecque d'un cran à Ca
Partagez sur :

L'agence explique que les deux mesures précitées pour venir en aide au pays font que la probabilité de défaut sur la dette grecque est "virtuellement de 100%".

L'agence Moody's a annoncé ce matin à 7h00 avoir abaissé de "Caa1" à "Ca" la notation souveraine de la Grèce, et assigné la mention "en développement" sur sa perspective. "La combinaison du programme de soutien annoncé par l'Union Européenne et la proposition d'échange sur la dette proposée par les principales institutions financières implique que les créanciers privés vont subir d'importantes pertes économiques sur leurs détention de dette publique", explique l'agence, qui souligne que le fait que la perspective soit "en développement" illustre l'incertitude sur la valeur de marché exacte des produits que les créanciers recevront en échange. Après l'échange de dette, Moody's a prévu de refaire ses comptes. L'agence explique que les deux mesures précitées pour venir en aide au pays font que la probabilité de défaut sur la dette grecque est "virtuellement de 100%". Moody's pense cependant que le programme de sauvetage accroît la probabilité d'une stabilisation voire d'une réduction de la charge de la dette du pays, ce qui bénéficiera au reste de l'Europe. La Grèce fait cependant face à des défis de moyen terme au niveau de sa solvabilité, et doit se réformer en profondeur, indique Moody's. Dans un second communiqué, l'agence de notation explique que le plan de soutien profite à la qualité crédit de toute la Zone Euro en empêchant la contagion qu'aurait entraîné un défaut de paiement pure et simple de la Grèce. Les implications crédit ne sont cependant pas encore connues et dépendront de l'équilibre entre les éléments de stabilisation positifs sur le marché et le précédent, négatif cette fois, créé par les opérations précédentes entre les autorités du pays et leurs créanciers. En tout état de cause, une fois que les créanciers financiers auront opéré le rééchelonnement de la dette, Moody's considèrera que le pays sera en défaut sur sa dette publique, mais un défaut "ordonné".