Michel Sapin évoque un mauvais "timing" pour bloquer le prix de l'essence

  • A
  • A
Michel Sapin évoque un mauvais "timing" pour bloquer le prix de l'essence
Partagez sur :

"J'ai cru comprendre que le prix de l'essence était en train de baisser", a déclaré le socialiste...

Le prix des carburants recule... De quoi remettre à plus tard la promesse de François Hollande sur le blocage des prix à la pompe ? "J'ai cru comprendre que le prix de l'essence était en train de baisser", a déclaré le socialiste Michel Sapin sur Radio Classique et la chaîne Public Sénat. "Ce n'est pas le moment de bloquer quand cela baisse", a estimé celui qui était en charge du projet présidentiel de François Hollande, et qui est pressenti pour prendre le portefeuille de ministre de l'Economie. François Hollande, qui prendra ses fonctions mardi prochain, pourrait donc ne pas mettre en oeuvre sa proposition de bloquer les prix du carburant pendant trois mois. Ces prix, qui avaient atteint des sommets à la mi-mars, poursuivent leur repli depuis maintenant trois semaines... Le prix du litre de gazole, carburant le plus utilisé par les Français, s'est établi en moyenne à 1,425 euro, contre 1,426 euro la semaine précédente. Interrogé sur les relations du futur président avec l'Allemagne, alors que la chancelière allemande Angela Merkel a réaffirmé cette semaine son opposition à toute renégociation du pacte budgétaire européen, Michel Sapin a estimé que "le discours n'est pas le même qu'il y a trois mois sur la croissance (...) François Hollande en a sa part, parce qu'il a porté ce sujet de la croissance dans le débat français et dans le débat européen. Mais il y a aussi des réalités : ça a bougé en trois mois et chacun voit son inquiétude, en Hollande, ou au Portugal, ou en Espagne, ou en Italie (...) Cette très faible croissance rend impossible sans catastrophe sociale et éventuellement politique la remise en ordre des comptes publics".