Michel Sapin estime que l'inversion de la courbe du chômage est bien engagée

  • A
  • A
Michel Sapin estime que l'inversion de la courbe du chômage est bien engagée
Partagez sur :

Question d'interprétation...

Alors que les statistiques des demandeurs d'emploi pour le mois de novembre  sont ressorties en hausse de +0,5%, soit +17.800 demandeurs d'emploi de catégorie A, faisant suite à une baisse de -0,6% (-20.500) en octobre, "l'inversion de la courbe du chômage est bel et bien engagée en ce quatrième trimestre de 2013" selon Michel Sapin.  Le ministre du Travaille souligne en effet que les inscrits en catégories ABC dans leur ensemble sont en diminution de 0,1% (-6.900), alors qu'ils progressaient le mois précédent. "Ainsi se manifeste, une fois de plus, la volatilité de cet indicateur d'un mois sur l'autre, particulièrement dans les périodes de retournement comme celle que nous vivons" commente Michel Sapin. "Cette volatilité incite à regarder les chiffres en tendance sur plusieurs mois. De ce point de vue, nous sommes dans une amélioration engagée depuis le début de l'année et qui se confirme graduellement". Alors que le chômage progressait d'environ +30.000 par mois en moyenne au 1er trimestre 2013, il progressait de +18.000 par mois en moyenne au 2ème trimestre, puis de +5.500 au 3ème trimestre. Sur les deux premiers mois du 4ème trimestre (octobre et novembre), l'évolution est à la baisse de - 1.350 en moyenne par mois. Energie mobilisée "L'inversion de la courbe du chômage est donc bel et bien engagée en ce quatrième trimestre de 2013" poursuit le ministre du Travail. "Cet objectif est plus que jamais celui du Gouvernement. Il mobilise toute son énergie pour y parvenir. Au-delà du dernier chiffre de 2013 à venir, c'est la bataille de l'inversion durable, mois après mois, qu'il faut gagner en 2014 : elle est à notre portée, et tous ensemble, Gouvernement, administrations, entreprises, collectivités, partenaires sociaux, et acteurs de l'emploi, nous allons réussir à faire reculer durablement le chômage en France". Actions conjuguées "L'inversion de la courbe du chômage des jeunes est quant à elle une réalité depuis maintenant plus de 6 mois, au-delà de la légère remontée de novembre (+2.300) : -4,1% au total depuis avril, soit 23.000 jeunes demandeurs d'emploi en moins" estime encore M. Sapin. "La machine à détruire des emplois s'arrête enfin grâce aux actions conjuguées des politiques de soutien à l'activité économique et à l'emploi". Le MEDEF veut des réformes structurelles Une interprétation qui diffère largement de celle du MEDEF qui estime que "les réformes structurelles sont nécessaires pour engager une dynamique durable de création d'emplois". Le MEDEF note ainsi une nouvelle dégradation des chiffres du chômage en France et rappelle l'emploi doit être la priorité des politiques publiques. "Pour cela, il convient de regarder la réalité en face : une dynamique durable de création d'emplois ne pourra se faire que grâce à des entreprises compétitives et les emplois aidés ne sont que des outils conjoncturels. Or, les chiffres publiés par l'Insee montrent que les marges des entreprises françaises sont à leur niveau de 1985 et désormais les plus basses d'Europe". Selon l'organisation patronale, "l'observatoire TEC (tendances emplois compétences) publié le 20 décembre par le MEDEF pour le 3e trimestre 2013 montre une baisse des intentions de recrutement pour le 4e trimestre. Les conditions d'une dynamique durable de création d'emplois dans le secteur marchand sont encore loin d'être réunies dans notre pays".