Michel Barnier pointe du doigt le niveau trop élevé des impôts en France

  • A
  • A
Michel Barnier pointe du doigt le niveau trop élevé des impôts en France
Partagez sur :

Le Commissaire européen au marché intérieur a toutefois salué le PLF 2014 qui prévoit de faire porter l'essentiel des efforts de réduction du déficit sur une baisse des dépenses de l'Etat...

En plein ras-le-bol fiscal, le commissaire européen au marché intérieur, Michel Barnier a estimé lundi que le niveau d'imposition en France est trop élevé, "pour un résultat qui n'est pas toujours à la hauteur". "La dépense publique dans notre pays atteint désormais 57% du PIB, soit 12 points de plus qu'en Allemagne", a-t-il déclaré au nom de Bruxelles, lors d'une table ronde qui se tenait à l'Assemblée nationale. Parallèlement, le taux de prélèvements obligatoires atteindra un record en 2014, selon le Projet de loi de Finances, s'établissant à 46,1% du PIB. Efforts sur les économies Le Commissaire a toutefois salué le fait que l'effort de réduction du déficit prévu par le projet de loi de Finances 2014 porte essentiellement sur la réduction des dépenses (15 milliards d'euros sur un effort total de 18 milliards). "Il nous paraît positif que l'assainissement budgétaire passe à 80% par une meilleure maîtrise des dépenses et à 20% seulement par de nouvelles recettes", a-t-il souligné. Avis rendu le 15 novembre "Le projet de loi de finances (2014, ndlr) est marqué par la responsabilité et la prudence", avait déjà salué le vice-président de la Commission européenne, Olli Rehn, le mois dernier. L'avis définitif de Bruxelles sur le projet de Budget 2014 sera rendu le 15 novembre prochain. Il sera assorti de recommandations que la France, comme les autres Etats membres, peut décider de suivre afin de tenir ses engagements. En cas de refus, elle s'expose toutefois à de lourdes amendes. Pour mémoire, Paris prévoit de ramener le déficit public de 4,1% du PIB fin 2013 à 3,6% fin 2014.