Marisol Touraine n'est pas favorable à une fiscalisation des allocations familiales

  • A
  • A
Marisol Touraine n'est pas favorable à une fiscalisation des allocations familiales
Partagez sur :

Actuellement, ces aides sont versées aux ménages à partir de deux enfants, et sans condition de revenu...

C'est Didier Migaud, le premier président de la Cour des comptes, qui avait lancé au mois de février l'idée de fiscaliser les allocations familiales, afin d'augmenter les recettes de l'Etat... Une piste qui ne séduit pas la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine. "Je ne suis pour ma part pas favorable à une fiscalisation des allocations parce qu'au fond, cela aboutirait à ce que des ménages modestes qui ne paient pas aujourd'hui d'impôt soient touchés", a-t-elle expliqué sur iTélé ce lundi. Actuellement, ces aides sont versées aux ménages à partir de deux enfants, et sans condition de revenu. Malgré tout, la ministre a admis ne pas être "certaine que l'organisation des prestations familiales telle qu'elle existe aujourd'hui soit parfaitement efficace", et estime que d'autres pistes peuvent être envisagées. Définir ces possibilités est justement la tâche qui a été confiée à Bertrand Fragonard, qui préside le Haut Conseil de la famille. Son rapport doit être remis au gouvernement avant fin mars. 66% des Français favorables à un plafond Il faudrait 2,2 milliards d'euros d'économies dans les Caisses d'allocations familiales d'ici 2016 pour redresser les comptes de la branche famille de la Sécurité sociale... C'est en tous cas la conclusion du Haut conseil, d'après un article publié la semaine dernière dans 'Les Echos'. Mais cette prévision ne tient pas compte des hausses de prestations annoncées en décembre par Jean-Marc Ayrault pour lutter contre la pauvreté. Selon un sondage Ifop publié ce week-end dans le 'JDD', les deux tiers des Français (66%) serait favorables à l'idée d'assujettir l'attribution des allocations familiales à certains plafonds de revenus. En revanche, 33% des sondés sont contre l'idée de soumettre les allocations familiales à des conditions de ressources ou de les supprimer au-delà d'un certain niveau de revenu.