Manuel Valls fait face à l'inquiétude des syndicats

  • A
  • A
Manuel Valls fait face à l'inquiétude des syndicats
Partagez sur :

Manuel Valls a reçu ce vendredi organisations patronales et syndicales. CGT, FO et CFTC ont unanimement affiché leurs inquiétudes face au projet économique du gouvernement.

Trois jours après son discours de politique générale, Manuel Valls recevait ce vendredi organisations syndicales et patronales afin de discuter de la mise en oeuvre du pacte de responsabilité. "Nous avons précisé au Premier ministre que nous sommes en opposition à son pacte de responsabilité", a d'emblée asséné Thierry Lepaon, secrétaire générale de la CGT, à la sortie de sa réunion avec le Premier ministre. Pour le syndicat, le projet politique proposé par le gouvernement n'est rien d'autre qu'un "cadeau au patronat".  Thierry Lepaon s'est également opposé "au transfert du financement de la Sécurité sociale sur l'impôt". Le dirigeant de la CGT a par ailleurs invité les salariés à "se mobiliser" le 1er mai. Le financement de la protection sociale inquiète Force ouvrière Reçu peu après, le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, a, lui aussi, fait part de son inquiétude face au pacte de responsabilité et aux mesures d'économies proposées par Manuel Valls. Selon lui, le Premier ministre aurait confié que le coup de pouce promis aux salariés au Smic serait une "baisse des cotisations vieillesse". Il s'est également montré inquiet de l'avenir du financement de la protection sociale, le pacte étant en partie fondé sur des baisses de cotisations sociales patronales (à hauteur de 10 milliards d'euros) et salariales. Pour la CFTC, il faut "dynamiser le dialogue dans les territoires" Même méfiance du côté de la CFTC. Selon son président Philippe Louis, "la mise en route des négociations sur l'emploi (..) ne se font pas". "Quand les négociations ont lieu, on est plus sur le maintien d'emplois que sur la création d'emplois", a-t-il regretté. La CFTC a donc demandé au Premier ministre "de dynamiser le dialogue dans les territoires" pour qu'il y ait du "concret sur un nombre d'emplois à créer". Le dirigeant de la CFTC a cependant pris ses distances avec les appels à la mobilisation de la CGT. Le patronat soutient le pacte mais "reste sur sa faim" Du côté du patronat, le projet politique du Premier ministre a été mieux accueilli. Le président de la CGPME, Jean-François Roubaud, a ainsi affirmé soutenir le pacte, mais a néanmoins regretté que le volet fiscalité soit trop orienté vers les grandes entreprises. Pierre Gattaz sera reçu plus tard dans l'après-midi. Le président du Medef avait néanmoins déjà affirmé au micro de France Info il y a quelques jours être resté sur sa faim après l'annonce, par Manuel Valls, du programme de baisse du co�"t du travail.