Les villes françaises s'endettent toujours

  • A
  • A
Les villes françaises s'endettent toujours
Partagez sur :

La progression de la dette est toutefois moindre...

La dette cumulée des communes françaises a encore gonflé entre 2010 et 2011 mais à un rythme moindre que les années précédentes, souligne mardi le 'Journal du net' qui a établi un classement, "sur la base de l'encours de la dette, ramené au nombre d'habitants". Le site internet estime qu'elle s'élève à 57,5 milliards d'euros, en hausse de 1% sur la période contre une envolée de 15% constatée depuis 2000. Une dette équivalent à 11.484 euros par habitant à Levallois-Perret Seules les villes de plus de 20.000 habitants ont été prises en compte pour établir ce classement. En prenant comme critère la dette par habitant, la palme revient (de loin) à la commune de Levallois-Perret, située dans les Hauts- de-Seine, dont la dette totale a dépassé en 2011, les 728 millions d'euros, soit 11.484 euros par habitant ! Entre 2000 et 2011, elle a flambé de plus de 300%... Cannes pend la deuxième place de ce classement, avec une dette qui s'élève à 3.933 euros par résident. La créance globale de la ville s'élève à 290,7 millions d'euros. La ville de Saint-Ouen complète le podium avec une dette de 3.311 euros par habitant, soit un endettement global de 143,1 millions d'euros. Des évolutions...explosives! Sur dix ans, la dette de certaines communes par habitant a littéralement explosé ! C'est le cas de Cergy, où elle a flambé de...33.300% entre 2000 et 2011, d'après les calculs du 'Journal du net'. Son montant reste toutefois bien inférieur à ceux mentionnés ci-dessus ("seulement" 354 euros par habitant, 20,1 millions d'euros au total). Le constat est le même pour Istres : + 10.900% à 220 euros, soit un endettement global de 9,6 millions d'euros. Sans grande surprise, la dette la plus élevée est détenue par Paris où elle s'élève à 2.147,5 millions d'euros, mais ne représente que 961 euros par habitant.