Les ventes de bijoux et de montres ont reculé de 4% en France l'an dernier

  • A
  • A
Les ventes de bijoux et de montres ont reculé de 4% en France l'an dernier
Partagez sur :

Le secteur n'est pas épargné par la morosité des consommateurs...

L'année 2013 n'aura pas été un bon cru pour le secteur de la bijouterie et de l'horlogerie... D'après le bilan publié par GfK pour le comité professionnel Francéclat, les ventes ont reculé de 4% à 5,1 milliards d'euros. Dans le détail, les bijoux en or "750 millièmes" conservent leur première place, représentant en valeur 75% des ventes, tandis que les bijoux en or "375 millièmes" "ont conquis la première place en volume, essentiellement portés par les bijouteries implantées en centre commercial", révèle cette étude. "Les variations du cours de l'or compliquent l'analyse : en effet, après une forte augmentation ces dernières années, la courbe s'est inversée en 2013 avec une baisse de 18%", précise le document. Baisse pour les montres à moins de 100 euros Sur le segment de l'horlogerie, les montres "bon marché", à moins de 100 euros, ont reculé (-8%). Les ventes de modèles à plus de 3.000 euros restent stables. Seules les ventes dans un segment de prix de 1.000 à 3.000 euros ont progressé. Côté production, la baisse est également au rendez-vous, avec un recul de 7%, pour un total de deux milliards d'euros, dont 1,5 milliard pour la bijouterie-joaillerie, 269 millions pour l'horlogerie et 229 millions pour la bijouterie fantaisie. Petit mieux pour la balance commerciale Le bilan annuel montre par ailleurs, grâce aux chiffres des douanes françaises, que les exportations et réexportations ont progressé de 8% l'année dernière, à 5,4 milliards d'euros. "En 2013, nos exportations et réexportations de montres ont été principalement destinées aux pays de l'Union Européenne. Nos premiers marchés sont l'Allemagne, l'Italie et le Royaume-Uni", détaille Francéclat. Les importations sont restées plus importantes, à 6,2 milliards d'euros, ce qui matérialise une hausse de 5%. "La Suisse reste largement le premier fournisseur de montres de la France en valeur, devant la Chine, premier fournisseur en quantité. La Suisse (transit compris) est également notre principal fournisseur de bijoux en or, précédant l'Italie et le Royaume-Uni", indique le comité professionnel. Petite embellie néamoins pour la balance commerciale : bien qu'encore déficitaire, a progressé de trois points en 2013 par rapport à 2012.