"Les tennismen cherchent les endroits les plus intéressants fiscalement" (G.Forget)

  • A
  • A
"Les tennismen cherchent les endroits les plus intéressants fiscalement" (G.Forget)
Partagez sur :

Les anciens joueurs de tennis Guy Forget et Yannick Noah étaient entendus par la commission d'enquête du Sénat sur les évasions fiscales...

La commission d'enquête du Sénat sur les évasions fiscales a repris ce mardi matin ses auditions après une longue interruption pour cause de campagne électorale. Après les sociétés du CAC40, la parole a été donnée au milieu sportif avec l'audition des ex-tennismen Yannick Noah et Guy Forget. Guy Forget a d'abord rappelé que les joueurs de tennis capitalisaient leurs revenus sur une période d'à peine dix ans. "Une carrière (...) est assez courte (...) les joueurs arrivent dans le top 100 autour de 20 ans et arrêtent leur carrière vers 30 ans", a fait valoir l'ancien capitaine de l'équipe de France de tennis. "Au-delà de la 120ème place mondiale, il faut savoir qu'un joueur n'entre pas dans ses frais", a-t-il ajouté. Les joueurs tentent donc d'optimiser ce temps de jeu, "ils essaient de trouver fiscalement les endroits où ils peuvent résider (...) les plus avantageux" (Floride, Monaco, l'Angleterre, la Suisse, la Belgique). Guy Forget a d'ailleurs rappelé qu'en tant que joueur il a lui-même résidé en Suisse car le pays n'applique pas la double imposition. "A mon époque les salaires étaient moins élevés. L'année suivant l'arrêt de ma carrière je suis parti en Suisse (...) simplement parce que j'avais peur du lendemain (...) Au bout de trois ans je suis revenu en France ", a rappelé pour sa part l'ancien joueur, Yannick Noah. La commission a souhaité avoir l'avis des deux anciens joueurs sur la proposition de François Hollande qui vise à taxer à 75% les revenus supérieurs à 1 million d'euros par an. Guy Forget craint de voir les meilleurs joueurs - les plus imposés - déserter les tournois français (Bercy, Nice, Marseille...) pour d'autres pays où la fiscalité sera plus légère. Un point de vue que ne partage par vraiment Yannick Noah. "Je pense que si aujourd'hui on proposait à Rafael Nadal de gagner gratuitement Roland Garros, il viendrait quand même (...) cela me semble normal qu'un joueur qui gagne autant d'argent puisse le partager", a-t-il ajouté. Rappelons que joueurs français et étrangers doivent s'acquitter d'une taxe à la source de 15% sur les gains réalisés lors de tournois français. A la différence des tennismen qui réalisent leur carrière en grande partie à l'étranger, "en tant que chanteur, je suis 80% du temps en France (...) il est normal que je paie mes impôts en France (...) je gagne mon argent grâce au public français", a conclu Yannick Noah, qui figure parmi les artistes les mieux payés du pays.