Les syndicats Mory-Ducros veulent des précisions !

  • A
  • A
Les syndicats Mory-Ducros veulent des précisions !
Partagez sur :

Ils appellent le gouvernement et Arcole Industries à préciser les solutions données aux employés, dans le cadre du plan de reprise...

Les organisations syndicales de Mory Ducros ont fait part de leur exaspération alors que le Comité d'entreprise extraordinaire prévu le 15 janvier et portant sur le contenu de l'offre de reprise d'Arcole Industries, actionnaire majoritaire de l'entreprise de messagerie, a été reporté au 23 janvier. Ce report doit lui permettre d'améliorer son offre... Verdict le 31 janvier Rappelons que le tribunal de commerce de Pontoise doit se prononcer le 31 janvier prochain sur les offres de reprise. Au total, quatre dossiers ont été déposés mais celui d'Arcole Industries est soutenu par le gouvernement. Pour le moment, il prévoit de sauvegarder 1.900 emplois au total dans le groupe, sur les quelque 5.000 que compte le numéro deux du secteur en France derrière Geodis. Pour le faire aboutir, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg a annoncé un prêt de 17,5 millions d'euros de l'Etat. Les syndicats demandent des précisions Que deviendront les autres salariés de l'entreprise ? Force Ouvrière Transports et Logistique explique dans un communiqué que "de part la réduction de la voilure de Mory-Ducros", Arnaud Montebourg a indiqué que "300 millions d'euros de chiffres d'affaires seraient remis sur le marché et qu'il entendait bien faire pression sur les acteurs de la messagerie pour que cela soit du donnant-donnant. Chiffre d'affaire contre emploi". Or, FO se refuse à faire des promesses intenables aux salariés : "comment obliger des entreprises à embaucher alors qu'elles ont elles-mêmes des difficultés", s'interroge-t-elle. Des précisions sur les solutions à apporter "Tous les acteurs de la profession savent pertinemment qu'aucune entreprise, ni aucun groupe ne peut à ce jour absorber ce volume avec ses effectifs actuels", ajoute la CFDT Transports, qui suggère la mise en place d'une instance paritaire pour permettre aux salariés de retrouver rapidement un emploi et aux entreprises de pouvoir répondre aux demandes engendrées par les clients. Les organisations demandent donc au gouvernement de se montrer plus précis quant aux solutions envisagées. Début janvier, l'Etat a dit vouloir mettre en oeuvre, en lien avec les partenaires sociaux, un dispositif spécifique exceptionnel pour permettre à chacun des salariés dont l'emploi serait supprimé au terme de cette procédure de retrouver un emploi au plus vite...