Les stagiaires seront un peu plus payés

  • A
  • A
Les stagiaires seront un peu plus payés
Partagez sur :

Les sénateurs ont voté mercredi le passage de l'indemnité minimum pour les stagiaires de 436 euros à 523 euros par mois

"Il s'agit d'un geste indispensable en direction de la jeunesse", peut-on lire sur le site internet du Sénat. Les parlementaires ont voté mercredi le passage de l'indemnité minimum pour les stagiaires de 436 euros à 523 euros par mois. Actuellement, ces derniers sont payés s'ils effectuent au moins trois mois de contrat en entreprise. Ce changement entrera en vigueur via un amendement à la proposition de loi pour encadrer les stages. Il "procède à une modeste revalorisation de la gratification mensuelle minimale que doivent toucher les stagiaires dès le premier jour pour tout stage de plus de deux mois. Elle passe de 12,5% du plafond de la sécurité sociale, soit 436,05 euros, à 15% de ce plafond, soit 523,26 euros", écrivent les sénateurs. Plus de droits Plus de 1,6 million de stages sont comptabilisés chaque année en France, selon les chiffres du Conseil économique et social. Déposé par des députés socialistes, le projet de loi propose notamment de fixer un plafond, avec 10% de stagiaires maximum, sous peine d'amende. Il doit aussi limiter le nombre de stagiaires qui pourront être suivis dans leur parcours en entreprise par le même tuteur, mais aussi d'améliorer leurs droits, en les faisant bénéficier de dispositions inscrites dans le code du travail, à propos des repos, mais aussi des congés maternité par exemple, du transport et de la restauration. Plus d'encadrement Le texte oblige également les écoles à aider leurs élèves à trouver des stages - qui ne pourront durer plus de six mois - et encadre les horaires - qui ne pourront pas être supérieurs à 48 heures par semaine. Il prévoit que les stages d'au moins deux mois donnent droit à des congés (2,5 jours par mois). Il propose aussi de renforcer les contrôles de l'inspection du travail et rend obligatoire l'inscription des stagiaires dans le registre unique du personnel.