Les salariés devront s'expatrier de plus en plus dans les années à venir

  • A
  • A
Les salariés devront s'expatrier de plus en plus dans les années à venir
Partagez sur :

La "mobilité des talents" à l'étranger devrait bondir de 50% d'ici 2020

Les salariés devront de plus en plus s'expatrier dans les années à venir... L'étude publiée ce vendredi par le cabinet d'audit et de conseil PwC montre que la "mobilité des talents" devrait bondir de 50% d'ici 2020, après avoir déjà grimpé de 25% depuis 10 ans. Et ce sont surtout les femmes qui seront concernées, avec un doublement du nombre de salariées mutées.  Les missions à court terme devraient se développer. "Ces mutations, en général moins coûteuses pour les entreprises, attireront en particulier les jeunes talents cherchant à élargir leur expérience internationale", écrit le cabinet PwC. Mais les mutations permanentes aussi seront concernées, alors que "la délocalisation de sièges régionaux ou mondiaux vers les marchés (est) en pleine expansion". Etats-Unis et Royaume-Uni toujours recherchés Le cabinet note cependant que les goûts des salariés évoluent, et que les pays émergents les attirent moins. "Alors qu'environ 70% des jeunes diplômés interrogés voudraient travailler à l'étranger et 53% se disent prêts à s'installer dans un pays moins développé, seuls 11% accepteraient de travailler en Inde et 2% en Chine continentale". Sans surprise, les Etats-Unis et le Royaume-Uni restent les destinations les plus prisées, devant l'Australie. La France est le 6ème choix le plus cité. Et les entreprises auront du travail pour s'adapter à ce bond de la mobilité à l'international, notamment en termes de salaire. Désormais, les pays émergents embauchent en priorité "des talents locaux expérimentés à l'international", en leur offrant une rémunération attractive. Des jeune talents des pays émergents qui choisiront de rentrer chez eux pour poursuivre leur carrière. PwC estime que "d'ici 2020, les politiques de rémunération vont s'aligner au niveau mondial, avec la disparition de grands écarts entre les pays émergents et les marchés plus matures".