Les salariés de Fagor-Brandt redoutent les conclusions du CEE...

  • A
  • A
Les salariés de Fagor-Brandt redoutent les conclusions du CEE...
Partagez sur :

Le comité central d'entreprise extraordinaire a débuté ce matin à 10 heures, alors que le groupe espagnol a annoncé avour engagé une procédure de sauvegarde le 16 octobre dernier.

Les syndicats de Fagor-Brandt, filiale française du fabricant espagnol d'électroménager Fagor redoutaient le comité central d'entreprise extraordinaire qui se tenait ce mercredi matin... Affaibli par la baisse continue de ses ventes, le groupe a annoncé le 16 octobre avoir engagé une procédure de sauvegarde pour tenter de refinancer sa dette. Il emploie au total 5.642 personnes dont près de 2.000 en France. Préserver l'outil industriel en France Mardi, le ministre du Redressement productif a promis de "tout faire pour préserver l'outil industriel" de cette entreprise. "Fagor, qui dispose de 14% du marché électroménager en France, a un avenir (...) elle dispose d'un portefeuille de marques prestigieuses, elle dispose d'un portefeuille de brevets importants", a-t-il déclaré lors des questions posées à l'Assemblée nationale. Arnaud Montebourg a rencontré les syndicats en début de semaine. "Les représentants du ministère nous ont écouté et assuré que tout serait mis en oeuvre pour soutenir les salariés et maintenir l'outil de travail", avait confié à l'agence de presse Reuters, le représentant syndical de la CGE-CGC, Christian Legay, suite à cette rencontre. Le ministre doit désormais rencontrer la direction du groupe espagnol, afin de "recueillir son analyse, ses intentions, de manière à ce que nous puissions unir nos efforts", a-t-il précisé...