Les rumeurs de remplacement du PDG de Carrefour se précisent

  • A
  • A
Les rumeurs de remplacement du PDG de Carrefour se précisent
Partagez sur :

Un remplacement de Lars Olofsson, PDG de Carrefour depuis trois ans, semble désormais acquis...

Après avoir flambé hier en Bourse de Paris, le titre Carrefour clôture en légère hausse ce vendredi soir ( + 0,6% à 18,26 euros). La rumeur à l'origine de ce rebond semble cependant se préciser. Des sources proches du dossier confirment en effet le remplacement rapide du PDG de Carrefour Lars Olofsson par celui de Vivarte Georges Plassat dans les prochaines semaines, voire les prochains jours... Quel que soit le calendrier, un remplacement de Lars Olofsson, PDG de Carrefour depuis trois ans, semble désormais acquis... Selon 'Les Echos', la passation des pouvoirs se ferait en douceur, après la publication des résultats annuels de Carrefour, prévue le 8 mars prochain. Georges Plassat serait alors nommé directeur général dans un premier temps, M. Olofsson restant président du conseil d'administration jusqu'à l'assemblée générale de juin. Lors de l'AG, son nom sera proposé comme simple administrateur aux actionnaires, ce qui ouvrirait la voie pour que Georges Plassat devienne PDG du deuxième distributeur mondial. En Bourse, après un gros rebond de plus de 7% hier, la hausse est beaucoup plus limitée ce matin, à 18,16 euros (+0,10%). Aurel BGC, du côté des brokers, ne s'emballe pas et estime que s'il y a beaucoup d'espoirs dans Georges Plassat et que le remplacement de M. Olofsson semble acté, l'espoir d'amélioration à terme reste à valider sur le terrain. De quoi demeurer à "vendre" pour le moment sur le dossier... Les actionnaires de référence de Carrefour, Groupe Arnault et Colony Capital, associés au sein de Blue Capital (environ 14% du capital), comptent sur Georges Plassat pour redresser une bonne fois pour toutes la barre de Carrefour, qui n'a cessé d'annoncer de mauvaises nouvelles au marché ces derniers mois avec des "profits warnings" à répétition en 2011. Le groupe ne parvient toujours pas à relancer les ventes de ses magasins en France, qui reste son principal marché malgré l'internationalisation du distributeur