Les préféts inquiets de la fronde fiscale et sociale !

  • A
  • A
Les préféts inquiets de la fronde fiscale et sociale !
Partagez sur :

L'exaspération est palpable sur l'ensemble du territoire, écrivent-ils, dans une note révélée par 'Le Figaro.fr'...

Bonnets rouges, bonnets verts, artisans..."Partout sur le territoire, les préfets dressent le même constat d'une société en proie à la crispation, à l'exaspération et à la colère", écrivent-ils dans une note confidentielle datée du 25 octobre dernier à l'attention des plus hautes autorités de l'Etat et dévoilée par 'Le Figaro.fr'. La hausse des impôts au coeur de la contestation "La fiscalité est devenue le principal moteur de contestation de l'action gouvernementale", souligne la note, d'après les extraits cités par le quotidien. Un sondage CSA réalisé le 7 novembre dernier pour 'BFM Télé' révélait en effet un fort potentiel de mobilisation de la part des Français pour faire part de leur "ras-le-bol fiscal": ils étaient 67% à se dire prêts à manifester dans la rue pour protester contre le niveau de l'impôt et défendre l'emploi. "Lorsque les uns dénoncent la 'volatilité et la lourdeur des règles fiscales qui freinent le développement des entreprises" (les bonnets rouges en Bretagne, la hausse de la TVA du côté des artisans, ndlr), "les autres remettent en cause la légitimité de l'impôt" (recul sur la taxation de l'épargne par exemple), soulignent les préfets. Le syndicat Solidaires Finances publiques de la DGFiP s'est d'ailleurs récemment inquiété de cette instrumentalisation du "ras le bol" fiscal par certaines catégories de population... Fronde désorganisée Les préfets s'inquiètent surtout de la forme que prend la contestation sociale et fiscale. "Ce mélange de mécontentement latent et de résignation s'exprime de façon éruptive à travers une succession d'accès de colère soudains, presque spontanés, et non au sein de mouvements sociaux structurés", déplorent-ils. En outre, les revendications sont portées "hors du cadre syndical" via "des dégradations" ou encore " des perturbations de manifestations culturelles et sportives"...