Les notaires n'entrevoient toujours pas de baisse des prix à Paris à court terme

  • A
  • A
Les notaires n'entrevoient toujours pas de baisse des prix à Paris à court terme
Partagez sur :

Les dernières projections donnent un prix moyen du mètre carré qui resterait sur des niveaux records de 8.500 euros dans l'ancien jusqu'à la fin de l'année...

Les notaires parisiens n'entrevoient toujours pas de baisse des prix de l'immobilier à Paris à court terme. Au contraire, les dernières projections des notaires issues de leur base de promesses de ventes donnent un prix moyen du mètre carré qui resterait sur des niveaux records de 8.500 euros dans l'ancien jusqu'à la fin de l'année, à comparer à une estimation de 8.440 euros en moyenne entre juin et août en s'appuyant sur l'échantillon plus large des actes de ventes. Les chiffres des notaires montrent donc toujours qu''à Paris, les prix de l'immobilier restent dans une phase de résistance et de stabilisation puisqu'ils n'ont guère évolué depuis l'automne 2011 en oscillant autour de 8.350 euros. La tendance reste similaire en Ile-de-France avec par exemple un prix moyen de 4.450 euros le mètre carré (stable) l'été dernier pour les appartements anciens de petite couronne. Quelques baisses de prix sont quand même observées en grande couronne. Cette résistance des prix continue donc à ignorer la chute des volumes de transaction. De juin à août 2012, 35.000 logements anciens seulement ont été vendus en Ile-de-France, soit une baisse de 19% par rapport à la même période en 2011. Dans Paris, 6.700 appartements seulement ont été vendus sur la période, 19% de moins que l'an dernier. D'après les informations recueillies auprès des études de notaires d'Ile-de-France, le tassement des volumes de ventes s'est d'ailleurs accentué au mois de septembre. L'offre et la demande peinent à se rencontrer Les notaires rappelaient à la mi-septembre lors de leur dernière conférence trimestrielle qu'il existe toujours un temps de latence avant que la baisse des ventes ne se traduise par une baisse des prix. Acquéreurs et vendeurs campent actuellement sur leur position et l'offre et la demande peinent à se rencontrer, une situation que décrivent déjà depuis plusieurs mois les agences immobilières de la capitale et qui explique donc la chute des volumes de transactions. Gilles Ricour de Bourgies, Président de la Chambre de la FNAIM Ile-de-France et Président Délégué de la Fédération Nationale de l'Immobilier, signalait toutefois à la mi-octobre un changement de comportement des vendeurs qui, fait nouveau, accepteraient depuis deux mois de baisser leurs prix pour vendre leur bien. Gilles Ricour de Bourgies faisait en particulier allusion aux appartements familiaux dont le prix est compris entre 500.000 et un peu plus d'1 million d'euros. Compte tenu du nombre de personnes qui attendent cette baisse pour se loger à Paris, il n'anticipe bien sûr pas de décrochage violent des prix et privilégie une fourchette de baisse des prix de 5% à 10% en 2013...