Les métiers "verts" broient du noir

  • A
  • A
Les métiers "verts" broient du noir
Partagez sur :

Bilan faible sur l'emploi dans le secteur, alors que la conférence environnementale démarre vendredi...

Le bilan est maigre en France pour les métiers dits "verts"... Alors que s'ouvre vendredi la Conférence environnementale, Randstad a passé au crible onze professions vertes et 47 professions "verdissantes", c'est à dire qui intègrent de nouvelles "compétences pour prendre en compte de façon significative et quantifiable la dimension environnementale dans le geste métier". Comme le rappelait en mars un rapport du Commissariat Général du développement durable, la crise économique et ses conséquences pèsent toujours, provoquant des "difficultés accrues d'accès aux financements, les restructurations industrielles et les contraintes budgétaires". Objectif non atteint Le spécialiste de l'intérim rappelle que le gouvernement tablait sur la création de 100.000 emplois verts sur trois ans. Mais cet objectif est loin d'être atteint, alors que le marché des "emplois verts" a fléchi de 17 % au premier semestre 2013. Les installations d'équipements sanitaires et thermiques sont particulièrement touchés, avec une baisse de 23%. Le secteur de la réalisation et de la restauration de façades enregistre un recul de 19%, et celui des travaux d'étanchéité et d'isolation de 18%. Pas de métiers révolutionnaires "Contrairement au secteur de l'économie numérique, l'économie verte ne devrait pas donner naissance à de nouveaux métiers 'révolutionnaires'. En revanche, dans le sillage des normes environnementales, certaines qualifications se verdissent", indique Randstad. Ainsi, les professions en lien avec l'évolution des réglementations, "en particulier les métiers HSE (spécialisés dans l'hygiène, la sécurité et l´environnement), qui accusent un repli de 5 % seulement sur un an, bien inférieur à la moyenne (- 17 %)", écrivent les auteurs de cette note.