Les mesures concrètes de Bruxelles pour l'emploi

  • A
  • A
Les mesures concrètes de Bruxelles pour l'emploi
Partagez sur :

La Commission européenne suggère notamment de faire coïncider l'offre et la demande d'emplois...

Avec un taux de chômage qui est ressorti en hausse de 0,1 point en février à 10,8% et une croissance attendue en léger repli cette année ( -0,3% selon le FMI), la Commission européenne tente de trouver la bonne équation pour sortir de ce mauvais pas, suggérant aux Etats membres, "des solutions propres à encourager l'embauche". Elle leur recommande par exemple de réduire la pression fiscale sur le travail "au profit de taxes environnementales", sans incidence sur le budget. A titre d'exemple, en France, la mise en place du bous-malus automobile avait engendré davantage de pertes que de recettes pour l'Etat. Malgré un taux de chômage élevé, la Commission fait remarquer que 4 millions d'emplois sont toujours vacants dans l'UE, ce qui nécessite de faire coïncider l'offre et la demande sur le marché du travail. Pour cela, elle "propose des outils pour l'amélioration de la reconnaissance des compétences et des certificats et le rapprochement des milieux éducatifs et professionnels". La Commission européenne recense également les secteurs créateurs d'emplois, à commencer par l'économie verte dont elle évalue le potentiel de nouveaux postes à 20 millions d'ici 2020. Elle appelle ainsi les Etats membres à "dresser un inventaire plus précis des compétences vertes". Les services de santé et les technologies de l'information et de la communication (TIC) sont aussi des secteurs porteurs d'emplois, selon Bruxelles. Ces différentes mesures doivent être examinées lors d'une conférence de haut niveau sur le thème de l'emploi qui se tiendra les 6 et 7 septembre prochains.