Les marchés asiatiques remontent, avec la banque centrale australienne

  • A
  • A
Les marchés asiatiques remontent, avec la banque centrale australienne
Partagez sur :

Le discours du président de la Fed, la banque centrale américaine a également rassuré les investisseurs...

Les Bourses asiatiques repartent en hausse ce mardi matin, soutenues par une activité manufacturière meilleure que prévu aux Etats-Unis, et grâce à une baisse surprise des taux directeurs de la banque centrale australienne... A Tokyo, l'indice Nikkei gagne 0,1% peu avant la clôture, tandis que la Bourse de Sydney s'adjuge plus de 1%, Taiwan gagne 0,5%, Séoul prend 0,2% et Singapour avance de 0,5%. La Bourse de Bombay (indice BSE Sensex) est fermée pour un jour férié en Inde, et les marchés chinois (Hong Kong, Shanghai, Shenzhen) sont aussi clos pour le deuxième jour consécutif en raison du "Festival d'automne"... Discours rassurant du président de la Fed Les investisseurs ont été (un peu) rassurés par l'annonce hier d'un indice ISM manufacturier meilleur que prévu aux Etats-Unis en septembre, un élément qui vient compenser quelque peu les indicateurs moroses en provenance d'Asie et d'Europe. Les opérateurs ont aussi apprécié un discours du président de la Réserve fédérale Ben Bernanke, qui a défendu de nouveau hier soir les actions de la Fed, estimant qu'elles stimuleront le marché de l'emploi, aideront les épargnants et soutiendront le Dollar... Baisse surprise des taux en Australie En Australie, la Reserve Bank of Australia a donc surpris les marchés en abaissant ce matin d'un quart de point son principal taux directeur, à 3,25%. Il s'agit du troisième geste d'assouplissement depuis 6 mois, et 19 analystes financiers sur 28 s'attendaient pourtant à un maintien des taux, selon le consensus recueilli par 'Bloomberg'. Mais la banque a donc décidé d'agir face au ralentissement de l'économie mondiale, notamment en Chine, qui pénalise le secteur des matières premières dont dépend fortement l'économie australienne. Le président de la RBA, Glenn Stevens, a ainsi estimé que les investissements dans les matières premières atteindront un pic l'an prochain, et qu'"à l'approche de ce pic, il sera important de commencer à anticiper un renforcement d'autres composantes de la demande".