Les marchés asiatiques en repli avec l'Espagne

  • A
  • A
Les marchés asiatiques en repli avec l'Espagne
Partagez sur :

Mariano Rajoy a réaffirmé qu'il ne s'apprêtait pas à formuler une demande d'aide auprès e l'Europe.

La plupart des indices boursiers s'inscrivent en baisse ce mercredi matin, dans le sillage d'une séance hésitante à Wall Street et en Europe hier (-0,2% pour le Dow Jones, +0,2% pour le Nasdaq, -0,2% pour l'EuroStoxx 50). A Tokyo, l'indice Nikkei cède 0,4% peu avant la fin de la séance, tandis que Hong Kong, qui rouvre après deux jours fériés, avance de 0,1%, Taiwan perd 0,4% et Séoul est proche de l'équilibre (-0,01%). La Bourse de Sydney gagne 0,2%, celle de Singapour cède 0,2% et celle de Bombay (indice BSE Sensex), fermée hier pour un jour férié, s'avance de 0,3%. Les marchés chinois de Shanghai et Shenzhen restent fermés en raison du Festival d'automne en Chine... L'Espagne réaffirme qu'elle ne veut pas d'aide Hier en Europe, le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy a semé le trouble sur les marchés en réaffirmant que son gouvernement ne s'apprêtait pas à demander une aide financière à l'Europe. De son côté, l'agence Moody's a estimé que les "stress tests" bancaires menés en Espagne auraient sous-estimé les besoins en capitaux des banques... Pour l'agence de notation, celles-ci pourraient nécessiter entre 70 et 105 MdsE de recapitalisation et non 53,7 MdsE, comme l'ont conclu les tests, menés selon des critères moins contraignants... Révisions en baisse des prévisions de croissance de la région En Asie, la morosité est entretenue ce matin par le dernier rapport économique de la Banque asiatique de développement (BAD), qui a revu en baisse ses prévisions de croissance pour la région. La BAD s'attend désormais à une hausse du PIB de 6,1% dans la zone Asie (hors Japon), contre 6,6% prévu en juillet et 6,9% en avril. En Chine, l'indice PMI des services, publié ce matin, a reculé nettement en septembre, à 53,7 contre 56,3 en août. Même s'il reste au-dessus de 50 (limite entre l'expansion et la contraction), cet indicateur fait écho à la contraction de l'indice PMI manufacturier, qui s'est inscrit à 49,8 en septembre contre 49,2 en août, selon le Bureau des statistiques. "La décélération des deux géants de la région, la Chine et l'Inde, ainsi que d'autres grandes économies exportatrices, tempèrent notre optimisme précédent", s'inquiète la BAD, ajoutant que "la crise de la dette souveraine qui se poursuit dans la zone Euro et la perspective d'un "précipice budgétaire" aux Etats-Unis posent aussi des risques majeurs sur l'avenir" de l'économie mondiale...