Les marchés asiatiques en berne, l'Italie inquiète

  • A
  • A
Les marchés asiatiques en berne, l'Italie inquiète
Partagez sur :

La crainte du renversement du gouvernement de Silvio Berlusconi pèse...

Début de semaine dans le rouge pour les Bourses asiatiques qui craignent un renversement du gouvernement Berlusconi en Italie cette semaine, qui ajouterait à la confusion dans la crise de la dette en Europe... L'indice Nikkei a cédé ce matin 0,39% en clôture, Hong Kong reste hésitant (-0,07%) en séance, le Shanghai Composite perd 0,5%, mais Taiwan parvient à monter de 0,2%. L'indice Kospi cède 0,5% à Séoul et l'ASX 200 recule de 0,2% à Sydney. A noter que les marchés sont restés fermés à Singapour, en Inde, en Malaise et aux Philippines pour un jour férié. Après Athènes, les investisseurs ont donc désormais les yeux rivés sur Rome, où la chambre des députés pourrait mettre demain en minorité Silvio Berlusconi, à l'occasion d'un vote sur les finances publiques de l'Italie. Une partie de la coalition du Premier ministre italien menace en effet de le lâcher à cette occasion... Une instabilité politique en Italie ajouterait aux craintes sur la dette écrasante du pays, au moment où le FMI a mis le budget italien sous surveillance. Sur le marché des changes, l'Euro reste hésitant ce matin, autour de 1,3770$ (-0,01%), tandis que l'or a atteint un point haut depuis six semaines, à 1.771$ l'once (+0,9%). Rappelons que la devise européenne avait plongé de 2,5% la semaine dernière après l'annonce, puis le retrait, d'un projet de référendum en Grèce sur le plan de sauvetage du pays... Critiqué pour ses incohérences par le G20 et dans son propre pays, le Premier ministre grec George Papandreou est sur le point de démissionner, après un accord trouvé cette nuit entre les partis politiques grecs pour former un nouveau gouvernement d'unité nationale... Sur les places asiatiques, les chiffre de l'emploi américain, publiés vendredi ne sont pas non plus de nature à encourager la prise de risque... En octobre, l'économie américaine a créé un peu moins d'emplois qu'attendu, même si le taux de chômage a légèrement baissé à 9%, au plus bas depuis 6 mois. Du côté des valeurs, des résultats d'entreprises décevants ont marqué la séance, notamment à Tokyo. Ainsi, le fabricant d'articles de sport Asics a plongé de près de 11% après avoir revu en baisse ses prévisions annuelles de bénéfices. Le fabricant de câbles Furukawa Electric lâche 11,5% après avoir indiqué s'attendre désormais à une perte annuelle. En revanche, l'action d'Osaka Securities Exchange, l'opérateur de la Bourse d'Osaka, a grimpé de 7,3%. Selon le quotidien 'Nikkei', l'entreprise de marché pourrait se rapprocher du TSE, qui gère la Bourse de Tokyo. Parmi les pétrolières, le groupe japonais Inpex a gagné 1,3% en clôture malgré la publication de résultats décevants pour son deuxième trimestre fiscal, mais Takeda Pharmaceutical a souffert (-2,3%) d'un "profit warning" sur ses résultats annuels...