Les marchés asiatiques en berne, à la veille de la réunion de la BCE

  • A
  • A
Les marchés asiatiques en berne, à la veille de la réunion de la BCE
Partagez sur :

Les investisseurs attendent des actions concrètes de la part de la BCE...

L'Asie boursière est en berne ce mercredi matin, dans l'attente de la réunion de la BCE, demain, et après des statistiques montrant un ralentissement économique mondial... Dans le sillage d'une séance mitigée à Wall Street hier (-0,4% pour le DJIA, +0,2% pour le Nasdaq), l'indice Nikkei cède 0,9% à Tokyo vers la fin de la séance, tandis que Hong Kong relâche 1,3%, le Shanghai Composite recule de 0,3%, Taiwan perd 1% et Séoul abandonne 1,5%. A Sydney, l'indice ASX-200 cède 0,6% après l'annonce d'un ralentissement de la croissance du PIB au 2ème trimestre en Australie, tandis que Singapour perd aussi 0,6% et que le BSE-Sensex relâche 0,3% en début de séance à Bombay. Les investisseurs attendent la BCE au tournant Les marchés asiatiques inscrivent ainsi leur cinquième séance de baisse, avant une réunion cruciale de la BCE demain, dont les investisseurs attendent des actions concrètes pour enrayer la crise de la dette dans la zone Euro. Hier, le président français François Hollande et le premier ministre italien Mario Monti ont appelé la banque centrale européenne à agir en rachetant des obligations d'Etats en difficulté (Espagne, Italie). Contraction de l'activité manufacturière mondiale Parallèlement, les dernières statistiques montrent que l'activité manufacturière s'est contractée partout dans le monde cet été : hier, l'indice ISM manufacturier des Etats-Unis est ressorti inférieur à 50 pour le 3ème mois consécutif, alors que les indices correspondants en zone Euro et en Chine ont aussi fait état d'une contraction de l'activité le mois dernier... De son côté, Moody's a revu hier en baisse, à "négative" la perspective de la note de l'Union européenne, menaçant ainsi de retirer son "triple A" à l'UE. PIB australien en deçà des attentes Ce matin, les autorités australiennes ont annoncé que le PIB du pays a cru de 3,7% au 2ème trimestre sur un an (+0,6% par rapport au 1er trimestre), des chiffres certes vigoureux, mais légèrement inférieurs aux attentes du marché... Le ralentissement de la demande chinoise en matières premières a ainsi pesé sur l'économie australienne, très dépendante des exportations de matériaux de base.