Les jeunes cadres et les "décideuses" particulièrement mobiles

  • A
  • A
Les jeunes cadres et les "décideuses" particulièrement mobiles
Partagez sur :

Les plus de 55 ans et les cadres hommes ont moins "la bougeotte"...!

Cette année, les cadres ont de nouveau envie de "bouger", le taux de mobilité des décideurs s'établissant à 21%, soit un niveau proche de celui atteint en 2010 (21,3%) mais toutefois loin du pic de 2007 (27,8%), montre une étude réalisée par le cabinet Deloitte et Nomination. Les cadres femmes et les jeunes particulièrement mobiles La part des "décideuses" mobiles déjà en progression depuis deux ans, continue d'évoluer: elle est de 22,5% contre 20,6% pour les décideurs. Elles sont aussi plus nombreuses à choisir de changer d'entreprise, plutôt que d'évoluer au sein d'un même groupe : 54% d'entre-elles optent pour la mobilité externe, soit 10 points de plus que leurs homologues masculins. L'étude montre également que les cadres de moins de 30 ans sont aussi plus mobiles que les plus de 55 ans (30% contre 12,5%). Les jeunes restent d'ailleurs moins longtemps sur un même poste que leur aînés (2,8 ans contre 4,9 ans). Enfin, la mobilité est plus forte dans les petites entreprises, où les perspectives d'évolution sont souvent plus limitées. Pourquoi les cadres bougent-ils ? La plupart du temps, les décideurs font le choix de leur mobilité (74%) et invoquent à 45%, le désir de "pouvoir étendre son champ de responsabilités", à 33,7% l'envie d'"avoir une perspective d'évolution de carrière plus importante. Viennent ensuite le "sentiment d'avoir atteint les limites du postes" (33,5%) et le désir de "découvrir un nouveau métier ou un nouveau secteur" (28,2 %).