Les intentions d'embauches en progression de 5,4% pour cette année

  • A
  • A
Les intentions d'embauches en progression de 5,4% pour cette année
Partagez sur :

La part des employeurs envisageant de réaliser au moins une embauche au cours de l'année 2014 atteint 19,5%...

C'est un signal encourageant pour l'emploi... Les intentions d'embauche pour cette année sont en progression de 5,4% par rapport à 2013, d'après les données publiées mercredi par Pôle emploi. Son enquête sur les besoins en main-d'oeuvre fait état de 1.700.500 projets de recrutement dans les 388 bassins d'emploi français, en métropole et dans le DOM. La part des employeurs envisageant de réaliser au moins une embauche au cours de l'année 2014 atteint 19,5%, ce qui signe là aussi une progression de 1,5 point. Au total, 450.700 recruteurs potentiels se sont manifestés pour cette étude. "Près de la moitié des recrutements envisagés sont des emplois durables (CDI ou CDD de six mois ou plus). La majeure partie des projets annoncés est motivé par une anticipation de surcroît d'activité (42,7%)", détaille Pôle emploi. Les contrats saisonniers représentent 39,2% des anticipations d'embauche, "en hausse notable par rapport à 2013 (+3,4 points)", surtout dans le secteur agricole. Pénurie de candidats Côté profils, ce sont surtout les métiers de services aux particuliers qui devraient être recherchés dans les mois à venir. Parmi eux, les animateurs socioculturels, les aides à domicile ou les aides ménagères, les serveurs de café et de restaurant, les employés de l'hôtellerie. Des opportunités seront également à saisir dans les services aux entreprises "soit sur des postes opérationnels et peu qualifiés (agents d'entretien de locaux, manutentionnaires), soit sur des postes de cadres (ingénieurs, cadres d'études et R&D en informatique)". Ainsi, le secteur des services concentre 64% des projets de recrutement, en hausse de 4%. Les intentions d'embauche progressent également pour le commerce (+5,3% par rapport à 2013), concentrant 11,5% des projets. Enfin, 5,3% des besoins en main-d'oeuvre se concentrent sur la construction, en hausse de 11,5%. Les employeurs estiment toujours que certains recrutements seront difficiles. La proportion pour ces projets atteint 35,7%, ce qui matérialise un repli de 5,7% par rapport à 2013. Profils inadéquats, ou absence de candidats... La métallurgie, les industries manufacturières, le secteur du commerce et de la construction seront une nouvelle fois en première ligne.