Les inquiétudes allemandes sur la politique de la BCE sont excessives, selon Noyer

  • A
  • A
Les inquiétudes allemandes sur la politique de la BCE sont excessives, selon Noyer
Partagez sur :

Le gouverneur de la Banque de France ne craint pas le programme lancé par Mario Draghi...

Le gouverneur de la Banque de France juge "excessives" les craintes de l'Allemagne sur le programme de rachat de titres de dette publique annoncé par la BCE. Christian Noyer défend ce matin dans les colonnes des 'Echos', la décision du président de la BCE Mario Draghi d'annoncer ce programme d'achat illimité, le 6 septembre dernier, et estime qu'"il s'agit d'un ensemble de mesures cohérent et complet de nature à calmer durablement les tensions dans la zone Euro". Dans un entretien publié par le quotidien économique, le banquier central juge que "sur le fond, les inquiétudes allemandes sont excessives : le risque inflationniste sera maîtrisé, car la BCE va stériliser la liquidité créée" par ses rachats de dettes souveraines. Il estime aussi que la BCE s'est protégée de l'"l'effet pervers d'un relâchement" par les pays qui bénéficieront du mécanisme de rachat de dettes, en posant de "strictes conditionnalités" à cette aide en matière d'effort budgétaire. Par ailleurs, M. Noyer défend le projet d'Union bancaire européenne, dont le calendrier de mise en place a créé des tensions entre Paris et Berlin lors de la réunion, ce week-end, des ministres européens des Finances, à Nicosie... L'Allemagne souhaite prendre le temps de la réflexion sur le sujet et exclure certaines banques du mécanisme, alors que la France veut agir vite et englober tous les établissements... Le projet de superviseur bancaire européen unique, qui prévoit d'accorder à la BCE la responsabilité de surveiller les quelque 6.000 banques de la zone Euro, "implique un transfert de souveraineté des Etats vers la Banque centrale européenne, ce qui a toujours été le souhait de l'Allemagne", souligne Christian Noyer