Les industries pétrolières favorables à la réduction de l'écart de taxation essence-diesel

  • A
  • A
Les industries pétrolières favorables à la réduction de l'écart de taxation essence-diesel
Partagez sur :

Alors que le comité pour la fiscalité écologique débat de la question aujourd'hui...

La consommation française de carburants poursuit son repli, malgré un léger rebond en mai avec des livraisons en hausse de 1,2% sur un an... Sur les cinq premiers mois de l'année 2013, elle a reculé de 1% par rapport à la même période 2012, d'après les chiffres de l'Union française des industries pétrolières.  Entre juin 2012 et mai 2013, la consommation française de carburants a été de 49,85 millions de mètres cube, en baisse de 0,5%. Durant cette période, la consommation de supercarburants a baissé de 5% et celle de gazole a cr�" de 0,6%, ajoute l'Ufip. Dans ce contexte, elle se prononce en faveur de la réduction de l'écart de taxation entre essence et Diesel. Restaurer la compétitivité du secteur C'est aujourd'hui que le Comité pour la fiscalité écologique, chargé de fournir aux ministères de l'Economie et de l'Ecologie des propositions pour réformer le système, débat en séance plénière de la possibilité de rééquilibrer la taxation entre l'essence et le diesel. L'Union estime que cette mesure " permettrait à terme au raffinage français de mieux assurer l'approvisionnement du pays en carburants tout en améliorant la compétitivité de son outil industrie ". Alors que 80% des carburants consommés en France sont du diesel,  la France produit majoritairement de l'essence. Les importations de gazole représentent ainsi une facture de l'ordre de 10 milliards d'euros. L'Ufip appelle cependant le gouvernement à ne pas créer une taxe supplémentaire qui n'aurait que pour effet de peser sur le pouvoir d'achat des ménages et entreprises. Selon la réforme proposée par le comité, il n'y aurait pas de nouvel impôt créé, mais une modification du calcul de l'assiette des accises énergétiques existantes.