Les "Indignés" inspirent les riches Américains

  • A
  • A
Les "Indignés" inspirent les riches Américains
Partagez sur :

Jeffrey Immelt, PDG de General Electric, soutient à son tour le mouvement contestataire

Les "Indignés" de Wall Street peuvent compter sur un nouveau sympathisant millionnaire, après George Soros et Howard Buffett ! En effet, Jeffrey Immelt, PDG de General Electric, un des plus grands groupes industriels et financier américains, a déclaré qu'il comprenait le mouvement contestataire. Il a appelé à faire preuve d'"empathie" à l'égard des manifestants qui occupent Wall Street depuis plus d'un mois et défilent à travers les Etats-Unis pour dénoncer les excès du système financier, les inégalités et la crise économique. Jeffrey Immelt, qui conseille également le président américain Barack Obama sur l'emploi et l'économie juge que "tant qu'on n'aura pas rétabli la confiance, on ne pourra avancer (...) La seule façon de résoudre ce problème particulier est la croissance. Si le chômage baisse, les gens se sentiront mieux... Si le chômage augmente, ils se sentiront encore moins bien, quoi qu'il se passe à Wall Street, quoi qu'il advienne de la réforme de la finance". Howard Buffett, directeur chez Berkshire Hathaway et fils du célèbre milliardaire Warren Buffet, a aussi fait savoir ces derniers jours qu'il comprenait les "Indignés", car "il n'y a jamais eu un fossé aussi grand entre les revenus dans ce pays". Buffett Jr, dont le père conseille aussi Barack Obama et milite pour une plus forte taxation des riches Américains, a estimé qu'il "faut provoquer les choses parfois" en s'exprimant dans la rue... Toujours parmi les "super-riches", George Soros avait déclaré début octobre qu'il "comprenait franchement la réaction" des militants anticapitalistes, et avait accusé les banques d'avoir causé la faillite de nombreuses PME depuis le début de la crise de 2008. Le sauvetage des banques par l'Etat leur a permis ensuite "d'afficher des super-profits et de verser des super-bonus", provoquant l'ire de nombreux Américains, confrontés au chômage et à la perte de valeur de leurs biens immobiliers.