Les indemnités chômage des cadres dans le collimateur du Medef

  • A
  • A
Les indemnités chômage des cadres dans le collimateur du Medef
Partagez sur :

L'objectif est d'économiser 205 millions d'euros par an...

L'objectif est d'économiser 250 millions d'euros par an... Les indemnités chômage des cadres seraient dans le viseur du Medef et de la CFDT : d'après 'Les Echos', ils souhaitent allonger leur délai de carence, cette période durant laquelle ils ne touchent pas d'allocations chômage après leur départ. Les cadres qui touchent un "gros chèque seraient concernés", avec l'objectif de renflouer la caisse d'indemnisation chômage. Actuellement, les cadres doivent patienter 75 jours pour toucher le chômage. "Le Medef veut supprimer ce plafond tout en modifiant la formule de calcul de la durée du différé, qui est fonction de la somme perçue et du niveau de la future allocation", écrivent 'Les Echos'. Les cadres supérieurs seraient donc mis à contribution, "sans avoir à baisser le plafond des allocations chômage", actuellement fixé à 6.100 euros. Négociations Unédic 'Les Echos' rappellent que la pilule pourrait avoir du mal à passer du côté des cadres, moins touchés par le chômage : ils apportent 39% des cotisations et en touchent seulement 18%. "Les cadres sont deux fois moins au chômage que les autres et leur retour à l'emploi est plus rapide. L'effort qui leur est demandé est une question de solidarité", répond le Medef à cet argument, cité par le quotidien économique. Cette piste devrait être mise sur la table jeudi prochain, alors que les partenaires sociaux ont rendez-vous pour négocier les règles de l'assurance chômage, plombée par une dette record de 18 milliards d'euros. La CFDT pourrait appuyer ce projet, alors qu'elle propose elle aussi de revoir les indemnités des cadres, mais selon un mode de calcul différent.