Les HLM dénoncent "l'offensive bancaire" contre la réforme du livret A

  • A
  • A
Les HLM dénoncent "l'offensive bancaire" contre la réforme du livret A
Partagez sur :

Le Mouvement HLM appelle au "respect des engagements" de François Hollande en faveur du logement social...

La promesse de François Hollande de doubler le plafond du livret A fait réagir le Mouvement HLM... Alors que le chef de l'Etat s'est engagé au cours de sa campagne à doubler le plafond de ce placement très prisé des Français, l'USH (Union sociale pour l'habitat) dénonce dans un communiqué "l'offensive bancaire" contre ce projet. "Nous assistons depuis quelques jours à une offensive coordonnée des banques privées et de la Banque de France pour mettre en défaut cet engagement présidentiel, au motif que les sommes ainsi collectées le seraient au détriment du 'financement de l'économie', dont le secteur bancaire serait le seul garant", écrit l'USH, qui rappelle que la promesse de François hollande doit permettre notamment la construction de 150.000 logements sociaux ou "très sociaux". Le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, est en effet revenu la semaine dernière sur le possible doublement du plafond du livret A, en incitant le gouvernement à "beaucoup de prudence pour ne pas déstabiliser le financement des entreprises, le financement des ménages, le financement de la dette publique". Il craint notamment l'apparition d'un flux de capitaux, au détriment d'autres produits d'épargne. "L'Union tient tout d'abord à rappeler que la collecte supplémentaire qui serait ainsi centralisée par la Caisse des dépôts ne devrait pas dépasser 30 milliards d'euros, à comparer aux 3.500 milliards d'euros d'épargne financière des ménages déjà détenus par le secteur financier privé", peut-on lire dans ce document. Pas de quoi, donc, "déstabiliser les banques", selon elle. L'USH rappelle par ailleurs que tous les prêts consentis à la Caisse des dépôts grâce au Livret A et au LDD, également concerné par cette réforme "se transforment immédiatement en travaux (notamment dans la filière du BTP), en emplois non délocalisables", et sont donc des prêts à l'économie. Par ailleurs, elle estime qu'une une collecte supplémentaire allouée à la CDC lui permettrait d'améliorer son volume de prêts et "donc ses résultats, lesquels pourraient être réaffectés à des emplois prioritaires, y compris sous forme de bonifications (logements très sociaux, rénovation énergétique, foncier...)".