Les Grecs doivent trancher sur l'euro, estime Laurent Fabius

  • A
  • A
Les Grecs doivent trancher sur l'euro, estime Laurent Fabius
Partagez sur :

Le ministre des Affaires étrangères estime que les législatives programmées le 17 juin par Athènes seront déterminantes...

Les Grecs n'ont plus le choix, aux yeux du nouveau ministre des Affaires étrangères français. Selon Laurent Fabius, les élections législatives programmées le 17 juin par Athènes seront déterminantes, alors que se pose plus que jamais la question du maintien du pays au sein de la zone euro. "Il ne faut pas tourner autour du pot : il faut bien qu'on explique sans arrogance à nos amis grecs que s'ils veulent rester dans l'euro, ce qui est je crois une majorité d'entre eux, ils ne peuvent pas se prononcer pour des formations qui, de fait, les feraient sortir de l'euro", a déclaré Laurent Fabius sur Europe 1 ce lundi. Il a néanmoins admis qu'il s'agissait d'un dossier "très délicat parce que nous n'avons pas de leçon à leur donner". Selon Laurent Fabius, "il faut bien que chacun comprenne que l'enjeu c'est que les Grecs restent ou ne restent pas dans l'euro, on ne peut pas à la fois vouloir rester dans l'euro et ne faire aucun effort." Ainsi, "il faut absolument respecter ce qu'on appelle le mémorandum, en même temps donner une perspective, c'est à dire qu'il faut favoriser la croissance", a-t-il ajouté. Les signaux de ce type ce sont multipliés ces derniers jours de la part des dirigeants européens. Le sommet du G8 aux Etats-Unis a aussi été l'occasion pour David Cameron de lancer "un message très clair aux Grecs". Pour le Premier ministre britannique, qui s'est adressé directement au peuple grec, "il y a un choix : vous pouvez ou bien voter pour rester dans l'euro avec tous les engagements que vous avez faits ou, si vous votez d'une autre façon, vous votez, de fait, pour partir". "Le point crucial est que les dirigeants de la zone euro doivent mettre en place des plans d'urgence pour ces deux éventualités", a-t-il ajouté.