Les Français pragmatiques et perdus face à la retraite

  • A
  • A
Les Français pragmatiques et perdus face à la retraite
Partagez sur :

81% sont préoccupés par son futur montant, quelle que soit la classe d'âge

Sept Français sur 10 environ estiment que la réforme actuelle des retraites ne sera pas suffisante pour préserver durablement le système par répartition à la française, selon une étude de Deloitte menée par Harris Interactive auprès de 2.000 personnes. Les actifs estiment qu'ils partiront en moyenne à la retraite à 66 ans, ce qui montre qu'ils ont "intégré le recul de l'âge de départ à la retraite", selon les rédacteurs de l'enquête. Le bât blesse cependant toujours en termes d'information et de transparence sur l'avenir. 72% des Français interrogés sont inquiets ou très inquiets de la préparation de leur retraite, et 81% sont préoccupés par son futur montant, quelle que soit la classe d'âge. Ils sont malgré tous 83% à penser qu'ils devront financer un complément de revenus pour accompagner la retraite par répartition. L'incertitude quant à la retraite est illustrée par le fait que plus de 75 % des Français n'ont pas ou peu d'idées sur le montant de revenus futurs qu'ils percevront pas la retraite, qui a également noté que 50% de ceux qui ont au moins une vague idée surévaluent le montant. Quant aux produits proposés, Deloitte a noté que l'offre est plutôt mal comprise, et que les professionnels du secteur n'ont pas forcément l'image qu'il faudrait pour accompagner les futurs retraités. "Les banques, les compagnies d'assurance, les institutions de prévoyance ou les mutuelles doivent renforcer leur légitimité et leur image sur ce marché. Ils doivent également développer leur stratégie Internet, le canal d'information que les actifs privilégient après les caisses de retraite obligatoire, et étendre la cible de clientèle aux jeunes. Enfin, les acteurs doivent accorder une place prépondérante au conseil et à la relation client avec le développement d'une offre d'accompagnement et d'orientation continue et cohérente avec l'évolution des besoins d'épargne du client", ajoute l'étude. "Nous constatons un manque très important d'information des actifs sur la réalité de leur situation future, en particulier sur leur niveau de revenu à la retraite. Des efforts d'information, de conseil et d'accompagnement doivent voir le jour pour que chacun puisse se prémunir d'une baisse de revenu trop forte et pas bien anticipée par ailleurs", conclut Fabien Sauvage, Associé Conseil responsable secteur Assurance chez Deloitte.