Les Français ne sont pas prêts à partir en vacances à crédit

  • A
  • A
Les Français ne sont pas prêts à partir en vacances à crédit
Partagez sur :

Ils sont prêts à faire des sacrifice pour pouvoir partir, mais pas à emprunter...

Interrogés sur l'évolution de l'économie, les Français comptent parmi les plus sombres, avec 62% de pessimistes. Seuls les Italiens font pire (65%)... Mais pas de quoi renoncer à leurs vacances. Ils sont 74% à vouloir maintenir ou augmenter leur budget vacances en 2014. Un chiffre qui égale pratiquement le score mondial de 78%. Pour financer leurs prochains voyages, ils sont en tout cas prêts à faire des sacrifices. Ainsi, 83% jugent cette option opportune. Soirées et vêtements apparaissent alors comme les premiers postes à réduire (dans 46% et 40% des cas). Un Français sur trois envisage également de moins aller au restaurant afin de financer ses vacances. En revanche, très peu sont disposés à rogner sur la garde des enfants (3%) ou sur leur éducation (1%). Une posture qui tranche avec celle adoptée dans d'autres pays puisqu'à l'échelle mondiale, 5% des voyageurs sont prêts à faire des compromis sur l'éducation des enfants pour financer des vacances. Le crédit peu utilisé Reste que la grande particularité des Français tient surtout dans leur très grande méfiance vis-à-vis du crédit. Seuls 4% d'entre eux financent leurs vacances grâce à un crédit (1% en totalité et 3% en partie). Aucun autre pays n'affiche un tel score. Si en Italie, le recours au crédit est cité dans 10% des cas, la moyenne européenne est bien au-dessus, à 24%. Et encore l'Europe fait-elle figure de continent le plus en retrait sur ce plan. En Amérique du Nord, près d'un voyageur sur deux finance ses vacances à crédit (47%) tandis qu'en Amérique du Sud la proportion grimpe même à 62%. Il est également à noter qu'outre-Atlantique 17% des sondés disent payer la totalité de leurs vacances via un crédit.