Les Français contre la hausse de la TVA, divisés sur la fin des 35 heures

  • A
  • A
Les Français contre la hausse de la TVA, divisés sur la fin des 35 heures
Partagez sur :

Ils ont été sondés sur les mesures qu'ils jugent les plus appropriées pour restaurer la compétitivité du pays.

Interrogés sur les éventuelles mesures pouvant restaurer la compétitivité du pays, les Français plébiscitent davantage la fin des 35 heures, qu'une hausse de la TVA. Le sondage BVA pour 'Challenges' et 'BFM' a été réalisé avant les annonces du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault. Les Français partagés sur les 35 heures Avant les conclusions du rapport Louis Gallois rendues en début de semaine, les Français ont donc fait part de leur opinion : 49% se sont déclarés favorables à la fin des 35 heures, (contre 50% opposés). BVA note une nette progression des partisans d'une telle mesure : +6 points par rapport à décembre. Si les sympathisants de gauche y restent très majoritairement opposés (76%), les sondés "sans proximité partisane", la soutiennent (54%). Pour mémoire, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault a crée la polémique la semaine dernière en répondant à une question des lecteurs du journal 'Le Parisien'. "Si, demain, on revenait à 39 heures payées 39, des gens seraient peut-être ravis ?", s'est interrogé ce dernier. Plus de 60% des Français opposés à une hausse de la TVA En revanche, seulement 37% se disent favorables à hausse de la TVA (contre 61% de défavorables) afin d'alléger en contrepartie les charges pesant sur les entreprises. Une voie que le gouvernement a choisi, en annonçant mardi une hausse du taux normal de 19,6% à 20% et du taux intermédiaire de 7% à 10%, au premier janvier 2014. En revanche la TVA à 5,5% concernant l'alimentation notamment, sera abaissée à 5%. Les sondés sont également opposés à une hausse de la CSG (63% d'avis défavorables). "La mesure la plus impopulaire étant la facilitation des licenciements pour encourager les embauches (30% contre 68%)", ajoute l'institut BVA. Compte tenu des annonces faites cette semaine, "il s'agira - puisque François Hollande a demandé à être jugé sur ce point- de démontrer que cette politique est 'juste': les discussions sur "le périmètre" de la mesure TVA et sur les contreparties demandées aux entreprises sont, à cet égard, essentielles", conclut l'institut de sondage