Les faillites d'entreprises en baisse de 4% au deuxième trimestre

  • A
  • A
Les faillites d'entreprises en baisse de 4% au deuxième trimestre
Partagez sur :

"La baisse du nombre des défaillances est bien amorcée", selon le cabinet Altares, qui publie ses statistiques pour le deuxième trimestre mardi.

"La baisse du nombre des défaillances est bien amorcée", selon le cabinet Altares, qui publie ses statistiques pour le deuxième trimestre mardi. La France a enregistré au deuxième trimestre un peu plus de 14.000 faillites d'entreprises, soit une baisse de 4,1%, expliquent les auteurs de cette étude, précisant que cela représente 700 emplois épargnés. Les petites et moyennes entreprises sont les premières à profiter de cette embellie : "92 PME d'au moins 50 salariés ont connu une défaillance ce trimestre ; c'est le meilleur chiffre depuis début 2008. Seulement 38% d'entre-elles sont des sociétés de plus de 100 salariés ; ce taux était encore de 58% l'année dernière", détaille Altares. La baisse du nombre des faillites atteint 30% pour les sociétés de plus de 50 salariés, 20% pour celles de 20 à 50 salariés, 10% pour les entreprises de 6 à 19 salariés, et avoisine les 5% pour les TPE de 3 à 5 salariés. "Pour les TPE les plus petites, l'heure de la reprise n'a pas encore sonné. Lorsqu'elles n'emploient aucun salarié, ces TPE parviennent à résister, mais lorsqu'elles ont 1 ou 2 salaires à verser chaque mois, l'absence de trésorerie est alors insurmontable pour beaucoup", analyse Thierry Millon, responsable des études chez Altarès-D&B. "Parmi ces dernières, plus de 5.200 étaient en cessation de paiement soit 19% de plus qu'au deuxième trimestre 2013". Les TPE en première ligne La construction et le commerce, qui représentent la moitié des défaillances d'entreprises, résistent, avec des faillites en repli de 3%. Mais là encore, les TPE sont en première ligne, avec une hausse de 10% dans le bâtiment (second oeuvre mais aussi maçonnerie générale) et un bond de 29% dans le commerce de détail, les enseignes d'habillement étant particulièrement touchées. "Ces petites entreprises restent handicapées par une consommation des ménages atone"n explique Altares, qui met en avant d'importantes difficultés dans la restauration (+ 23%). A l'inverse, les faillites reculent de 7% dans les services aux entreprises, et de 15% dans le transport routier de marchandises. "Pourtant, là encore, les TPE souffrent fortement ; + 18% dans les services aux entreprises pour les TPE de 1 ou  2 salariés (notamment les activités d'architectes, juridiques, nettoyages ...) et + 4% dans le transport routier, et même + 15% s'agissant du fret de proximité", notent les auteurs de cette étude.