Les exonérations de cotisations sociales ont poursuivi leur repli l'an dernier

  • A
  • A
Les exonérations de cotisations sociales ont poursuivi leur repli l'an dernier
Partagez sur :

En raison notamment de la fin de la défiscalisation des heures supplémentaires.

L'an dernier, le montant des exonérations de cotisations de sécurité sociale pour le régime général ont poursuivi leur recul (- 2,2% après -5,7% en 2011) pour s'établir à 27,6 milliards d'euros, indique l'Acoss, caisse nationale des Urssaf ce vendredi. Cela représente 8,9 % du total des cotisations et contributions dues aux Urssaf, hors chômage notamment. "Dans le secteur privé, elles représentent 5% de la masse salariale. Elles donnent lieu, à hauteur de 90%, à des compensations ou un financement par l'Etat (24,7 milliards) ", précise l'Acoss. Exonérations pour l'emploi et le pouvoir d'achat Dans le détail, les mesures en faveur de contrats particuliers (contrat alternance, contrats aidés marchands et non marchands) reculent de 2,8% à 1,9 milliard d'euros tout comme celles à destinations de certains secteurs d'activités (-2,7% à 1,9 milliards), alors que les exonérations " géographiques " progressent de 1,3% à 1,3 milliards d'euros. La plus grande partie des exonérations sont constituées par celles en faveur de la création d'emploi et du pouvoir d'achat (-2,3% à 22,3 milliards). Fin du dispositif d'exonération des heures supp' Le dispositif visant à exonérer de cotisations les heures supplémentaires fait donc  partie de cette dernière catégorie. L'an dernier, elles se sont repliées de 14,4% à 2,6 milliards d'euros, suite à un changement de législation. Arrivé au pouvoir, François Hollande a mis fin à la majeure partie de la défiscalisation des heures supp'. La mesure est devenue effective au 1er septembre 2012, épargnant toutefois les entreprises de moins de 20 salariés. Par ailleurs, le montant exonéré au titre du dispositif " Fillon " se stabilise en 2012, à 19,6 milliards d'euros. Ce mécanisme a pour objectif de diminuer le co�"t du travail pour les emplois rémunérés entre 1 et 1,6 Smic.