Les entreprises travaillent de moins en moins le lundi de Pentecôte

  • A
  • A
Les entreprises travaillent de moins en moins le lundi de Pentecôte
Partagez sur :

L'activité ne cesse de se réduire depuis 2004, surtout dans l'industrie et le BTP

Cette année, la journée de solidarité fixée en ce lundi de Pentecôte devrait rapporter 2,45 milliards d'euros, selon la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie. Le CNSA rappelait récemment que "les modalités d'accomplissement de cette journée sont fixés par accord d'entreprise ou d'établissement ou à défaut par accord de branche". Le réseau Randstad s'est donc penché sur l'activité économique de la France en ce jour férié, en observant une vingtaine d'agences "au portefeuille clients le plus diversifié possible (PME, grands groupes et secteurs d'activités...) et réparties sur l'ensemble du territoire national". Baisse de 90% dans l'industrie Depuis son lancement en 2004, à l'initiative du Premier ministre de l'époque, Jean-Pierre Raffarin, l'activité des entreprises est de plus en plus réduite. L'étude menée par Randstad, le numéro deux mondial de l'intérim, montre que le phénomène "est particulièrement sensible dans l'industrie et le BTP, avec une activité réduite, selon les cas recensés, de 50 % à 90 % par rapport à un jour ouvré traditionnel (le mardi 21 mai dans le cadre de cette étude)". Les services s'inscrivent aussi en retrait, mais avec un repli limité dans une fourchette de 10 % à 20 %. Randstad note que l'industrie est le secteur où l'activité est la plus impactée par le lundi de Pentecôte, avec des baisses de l'ordre de 90 % en moyenne. La journée de solidarité ne provoque en revanche pas de différence notable dans les filières industrielles (automobile, agroalimentaire, chimie, métallurgie, etc.), où l'activité est partout à l'arrêt. "Une exception de taille : l'aéronautique. La rançon du succès pour un secteur aux carnets de commandes bien remplis", explique le réseau. Pas de pause dans les aéroports Certaines filières ne voient pas du tout leur activité baisser, à l'image des aéroports : à Roissy, "le lundi de Pentecôte n'entraîne aucune variation de l'activité. Le site de Charles-de-Gaulle, en région parisienne, fonctionnant sept jours sur sept, 24 heures sur 24, seuls les flux de passagers et de fret sont à l'origine des variations de l'activité - et non les jours fériés", expliquent les auteurs de cette étude. Les petites et les grandes entreprises n'ont pas intégré ce jour de solidarité de la même manière. Ainsi, "les salariés amenés à travailler le lundi de Pentecôte sont, dans une grande majorité, des salariés employés dans les petites entreprises et les PME". Randstad note par ailleurs que les patrons des petites sociétés s'estiment mal informés sur les modalités de cette journée, et ne savent pas s'ils doivent ou non faire travailler leurs employés...