Les députés adoptent le budget 2012, l'opposition dénonce un projet "obsolète"

  • A
  • A
Les députés adoptent le budget 2012, l'opposition dénonce un projet "obsolète"
Partagez sur :

La prévision de croissance de la France pourrait encore être revue en baisse...

Les députés ont adopté mercredi le projet de loi de finances 2012 à 315 voix pour et voix 198 contre, l'opposition pointant du doigt un budget déjà dépassé. Le texte prévoit de ramener le déficit à 80,321 milliards d'euros soit une réduction de 1,451 milliard d'euros par rapport au déficit initial prévu qui était de 81,772 milliards d'euros. Le Nouveau Centre a voté pour estimant, par la voix de Charles de Courson que le "gouvernement va dans le bon sens mais pas assez loin". L'exécutif qui basait son projet de loi sur une croissance de 1,75% en 2012 - 2% en toute première estimation - l'a revu à 1%, l'accompagnant d'un nouveau plan d'économies de 7 milliards d'euros (loi de finances rectificatives 2012 à venir). Un effort encore insuffisant selon Charles De Courson, à l'heure où les économistes visent une croissance de seulement 0,6% l'année prochaine. Le ministre de Budget François Baroin a cependant assuré dans un entretien accordé au journal 'Les Echos' que le gouvernement disposait de marges de manoeuvre suffisantes, même en cas de croissance du PIB de 0,5% en 2012 grâce aux 6 milliards d'euros de crédits "mis en réserve". Des réserves qui devraient tout de même être augmentées pour respecter les engagements du projet, estime encore Charles de Courson. Du côté du groupe social radical de gauche (SRC), le député PS Pierre Alain Muet a pointé du doigt un budget déjà "obsolète" et a regretté que le gouvernement n'ait pas tenu compte plus tôt des prévisions des économistes. "C'est un bateau ivre (...) dont n'émerge qu'une seule ligne directrice : l'austérité", a déploré le député. "Une politique cohérente aurait été de construire un budget complet", sans y adjoindre des plans d'ajustement successifs, a-t-il ajouté. Le Sénat, désormais à majorité de gauche, débutera l'examen du texte à compter de demain. Le vote final du projet est programmé pour la mi-décembre.