Les craintes d'une intervention militaire en Syrie pèsent sur les places financières

  • A
  • A
Les craintes d'une intervention militaire en Syrie pèsent sur les places financières
Partagez sur :

L'armée américaine est désormais prête à agir immédiatement au cas où le président Barack Obama donnerait l'ordre d'intervenir contre Damas...

La guerre civile syrienne s'invite dans l'actualité des marchés financiers ce mardi... Les craintes d'une intervention militaire dans le pays, alors que les Etats-Unis haussent le ton, font plier les principaux indices en Europe. �? Paris, le CAC 40 reculait de 1,9% peu avant 15 heures. �? Francfort, le Dax cédait 2% et à Londres, le FTSE abandonnait 0,8%. L'armée américaine est désormais prête à agir immédiatement au cas où le président Barack Obama donnerait l'ordre d'intervenir contre Damas, après son attaque à l'arme chimique, a déclaré mardi le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel. Et les signes ne trompent pas : le marché est désormais plus nerveux après s'être désintéressé des mois durant de la situation à Damas : les cours du pétrole se tendent, quelques prises de profits se dessinent, l'or remonte sur des plus hauts de deux mois... Utilisation d'armes chimiques Le changement de ton est intervenu cette nuit, quand John Kerry, qui tient lieu de ministre des Affaires étrangères des Etats-Unis, a fait état de signes "indéniables" d'utilisation d'armes chimiques par le régime en place. Un discours beaucoup plus ferme que celui employé la veille, encore teinté de prudence, qui s'est accompagné de la promesse d'une "décision circonstanciée" en réponse à ces actes, ce qui fait craindre des frappes occidentales sur le pays. De quoi raviver les tensions avec la Russie et la Chine, qui se sont jusque-là démarquées des positions de Washington, Londres ou Paris concernant la Syrie. Selon l'Onu, plus de 100.000 personnes ont été tuées en Syrie depuis le début du soulèvement contre le régime de Bachar al Assad en mars 2011. Près de deux millions de Syriens ont fui à l'étranger.