Les conseils de Lakshmi Mittal pour redresser l'industrie européenne !

  • A
  • A
Les conseils de Lakshmi Mittal pour redresser l'industrie européenne !
Partagez sur :

Le Vieux Continent doit améliorer sa compétitivité pour atteindre les standards mondiaux, selon le patron du 1er sidérurgiste mondial.

Le patron d'ArcelorMittal, le premier sidérurgiste mondial, appelle l'Europe à restaurer sa compétitivité et à "engager une réflexion" sur la place de l'industrie dans son économie. Dans un entretien publié ce matin par le quotidien économique 'Les Echos', Lakshmi Mittal estime que la compétitivité de l'Europe a été mise à mal par la crise économique, ainsi que par la concurrence énergétique accrue des Etats-Unis et par la politique climatique européenne très contraignante. Pour le PDG d'ArcelorMittal, "l'industrie européenne a un handicap dans la compétition mondiale" et elle "doit regagner en compétitivité pour se mettre aux standards mondiaux". Il appelle les gouvernements à agir, jugeant que "la compétitivité de l'Europe ne sera vraiment restaurée que si des réformes structurelles sont mises en oeuvre". Alors que les Etats-Unis ont "fait d'énormes progrès" ces dernières années, faisait baisser leurs co�"ts énergétiques, "à l'inverse, en Europe, la compétitivité reste un problème à régler. L'énergie y reste chère, le marché du travail est encore très réglementé et la demande demeure faible. Résultat, l'écart de compétitivité entre les deux côtés de l'Atlantique s'est creusé". Résultat : la demande est à 22-25% en dessous de son niveau d'avant-crise en Europe, alors qu'elle n'est que de 7% inférieure aux Etats-Unis. "La France doit toujours régler un certain nombre de questions pour améliorer sa compétitivité" Lakshmi Mittal souligne aussi le poids des politiques européennes de lutte contre le changement climatique sur la compétitivité de son industrie. "L'Europe a été bien plus agressive en termes de politique pour lutter contre le changement climatique - et il n'y a pas d'uniformité avec les pays qui importent en Europe. Ce n'est pas une critique, mais toutes les parties prenantes doivent jouer leur rôle. Il faut bien s�"r lutter contre le réchauffement climatique et réduire les émissions de C02, mais la situation actuelle ne nous permet pas d'avoir des conditions équitables au niveau mondial. Du coup, l'industrie européenne a un handicap dans la compétition mondiale", poursuit-il. Malgré ces mises en garde, l'industriel se dit "prudemment optimiste sur la poursuite de la reprise" en Europe, où la demande d'acier devrait augmenter de 3% cette année, ce qui constitue "un très bon indicateur". Toutefois, il souligne que l'Europe des 28 ne forme pas une unité homogène : "certains pays se portent mieux que d'autres, en Europe du Nord surtout". La France en revanche, "doit toujours régler un certain nombre de questions pour améliorer sa compétitivité. Les changements récents de politique économique sont encourageants de ce point de vue. Mais la France n'est pas la seule (à devoir faire des réformes). De manière générale, l'Europe doit regagner en compétitivité pour se mettre au niveau de standards mondiaux", conclut de patron d'ArcelorMittal.