Les centres équestres manifestent devant le Parlement européen

  • A
  • A
Les centres équestres manifestent devant le Parlement européen
Partagez sur :

Les représentants de la filière équestre ne désarment pas...

Les représentants de la filière équestre ne désarment pas... Des propriétaires de centres venus de tout l'est de la France ont manifesté lundi devant le Parlement européen à Strasbourg pour demander le maintien d'un taux de TVA réduit en faveur de leur activité. Une trentaine de véhicules, dont une majorité de camions et camionnettes, se sont rangés devant le bâtiment, vide en cette semaine hors session et à deux jours de No�"l. "La manifestation est surtout symbolique. Elle se fait ici parce que c'est l'Europe qu'il faut fléchir. Le gouvernement, lui, est en train de nous suivre", a expliqué à l'agence de presse Reuters Alain Bouchon, délégué régional du Syndical national des entreprises de tourisme équestre qui est partie prenante du collectif "l'équitation en péril". Plusieurs manifestations étaient aussi organisées lundi à Paris et en région et dans plusieurs capitales européennes. Les professionnels de l'équitation s'opposent à la hausse de la TVA qui doit passer de 7% à 20% au 1er janvier, sous la pression de la Commission européenne et après une condamnation de la France, en mars 2012, par la Cour européenne de justice. Des représentants de la filière équestre ont accompagné Stéphane Le Foll, Valérie Fourneyron et Bernard Cazeneuve, les ministres français de l'Agriculture, des Sports et du Budget, le 13 décembre à Bruxelles, pour plaider leur cause devant le cabinet du commissaire européen à la Fiscalité Algiras Semeta. Instruction fiscale "La Commission européenne nous a précisé que seule la facturation d'une utilisation du centre équestre en qualité d'installation sportive pouvait bénéficier d'un taux de TVA réduit, les enseignements et prises en pension ne pouvant pas en revanche en bénéficier", ont indiqué les trois ministres dans un communiqué publié samedi. "C'est donc sur cette possibilité que le Gouvernement travaille par la voie d'une instruction fiscale à paraître endébut d'année 2014 qui permettra de maintenir un taux réduit de TVA pour la facturation de l'utilisation des centres équestres en qualité d'installations sportives", ont-ils précisé. "L'équitaxe" pourrait entraîner la fermeture de 2.000 des près de 7.000 centres équestres, la perte de 6.000 emplois sur un total de 25 à 30.000 et envoyer 80.000 chevaux et poneys àl'abattoir, selon les associations équestres.