Les catastrophes naturelles ont coûté 56 milliards de dollars au 1er semestre

  • A
  • A
Les catastrophes naturelles ont coûté 56 milliards de dollars au 1er semestre
Partagez sur :

Selon les premières estimations du ré-assureur Swiss Re...

Le ré-assureur Swiss Re a fait ses comptes pour le 1er semestre 2013... Selon ses premières estimations, les pertes économiques liées aux catastrophes naturelles ont co�"té 56 milliards de dollars (42 milliards d'euros) sur les six premiers mois de l'année. C'est moins qu'en 2012, avec une facture sur la même période à 67 milliards de dollars. Les dommages assurés ont atteint 17 milliards dollars, et au total, le bilan humain est lourd, avec 7.000 décès enregistrés. Les inondations représentent la plus grosse partie des catastrophes naturelles pour ce début d'année. Swiss Re évoque les fortes pluies qui ont frappé l'Europe centrale et l'Europe de l'Est au mois de juin : elles ont entraîné des remboursements à hauteur de 4 milliards de dollars. Les intempéries ont également frappé le Canada en Juin, générant des pertes assurées estimées à 2 milliards de dollars, ce qui en fait le sinistre le plus élevé jamais enregistré dans le pays. Inde, Afrique, Argentine...  En janvier, le cyclone Oswald a causé des dommages en Australie, pour un montant de 1 milliard de dollars. L'Inde, l'Afrique du Sud, l'Indonésie et l'Argentine ont également connu de fortes pluies, ce qui a provoqué des inondations à grande échelle et la perte de nombreuses vies. En Inde, 1.150 sont mortes à la suite des inondations en juin et beaucoup d'autres sont toujours portés disparues. "Les inondations continuent de faire des ravages dans toutes les régions du monde. Personne n'est à l'abri de cette menace toujours présente en cas de catastrophe. Malheureusement, sans assurance, l'impact de ces événements beaucoup plus grave. Même si nous ne pouvons pas arrêter les inondations dans l'avenir, nous pensons que des mesures préventives peuvent être prises pour atténuer l'incidence globale des événements météorologiques extrêmes", indique Jens Mehlhorn, responsable du risque d'inondation chez Swiss Re.