Les banques centrales vont-elles prendre des mesures d'assouplissement ?

  • A
  • A
Les banques centrales vont-elles prendre des mesures d'assouplissement ?
Partagez sur :

Face aux signes de ralentissement économique...

Face aux signes de ralentissement économique mondial et des nouvelles inquiétudes relatives à la crise de la dette en zone euro, les grandes banques centrales pourraient bien envisager de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire. "Tout le monde attend maintenant la décision de la Banque centrale européenne (BCE) mercredi et les annonces de Ben Bernanke (le président de la Réserve fédérale, ndlr) jeudi. Il y a de fortes attentes pour que quelque chose se produise, autrement le marché risque de baisser encore plus", a indiqué François Duhen, stratège chez CM-CIC Securities, à l'agence de presse Reuters. Les signes de ralentissement économique se sont en effet multipliés ces derniers jours. En zone euro, on apprenait vendredi que le taux de chômage avait atteint un record en avril, à 11% . Une hausse du chômage qui s'accompagne d'une baisse de l'activité. En mai, elle est tombée à son plus faible niveau depuis l'été 2009 dans l'industrie manufacturière avec un indice qui s'est établi à 45,1 contre 45,9 le mois précédent. Le ralentissement observé en zone euro a eu des répercussions sur l'activité industrielle chinoise qui s'est elle aussi contractée le mois dernier. Les indicateurs ne sont pas meilleurs aux Etats-Unis où le chômage est reparti en hausse... Il s'est établi à 8,2% en mai contre 8,1% le mois précédent. Les créations de postes sont également ressorties nettement en dessous des attentes, à 69.000 contre 150.000 créations attendues. Pour le moment, le statu quo à 1% l'emporte toujours parmi les prévisions d'économistes quant à l'issue de la réunion de la Banque Centrale Européenne prévue mercredi prochain. Sur les 58 économistes interrogés par Bloomberg, 1 seul mise sur une baisse des taux de 50 points de base à 0,5% et 11 sur une baisse de 25 points à 0,75% (20% des avis). Les 46 autres (79,3%) anticipent un statu quo. De même, les espoirs de voir la Fed agir sont minces. D'après une enquête Reuters réalisée vendredi après la publication de chiffres de l'emploi, les intermédiaires interrogés évaluent à 35% la probabilité que la Banque centrale américaine prolonge, lors de cette réunion, son "opération Twist" visant à faire baisser les taux d'intérêt à long terme.