Les augmentations de salaires devraient se limiter à 2% en 2015

  • A
  • A
Les augmentations de salaires devraient se limiter à 2% en 2015
Partagez sur :

Si l'enveloppe prévue est de +2,7% dans les entreprises de moins de 100 millions d'euros de chiffre d'affaires, elle pourrait même se limiter à +1,9% dans les grandes entreprises.

Deloitte a rendu son verdict sur les salaires. En passant au crible 750.000 bulletins de paie de 350 entreprises, la société de conseil estime dans son enquête annuelle qu'en 2015, les augmentations de salaires atteindront en moyenne 2%. Si l'enveloppe prévue est de +2,7% dans les entreprises de moins de 100 millions d'euros de chiffre d'affaires, elle pourrait même se limiter à +1,9% dans les grandes entreprises (plus de 500 millions d'euros de chiffre d'affaires). Un peu plus que prévu en 2014 Les salariés doivent donc s'attendre à obtenir moins en 2015 qu'en 2014 puisque cette année les augmentations auront en moyenne tourné autour de +2,6% (2,4% pour les non-cadres, 2,6% pour les cadres et 2,8% pour les cadres supérieurs). Ceci étant, rien n'est encore joué. Deloitte rappelle en effet que l'an passé à la même époque, les entreprises prévoyaient de n'augmenter les salaires que de 2% en 2014. Comme le souligne le communiqué, " Il est difficile pour les entreprises de respecter une enveloppe à ce niveau nominal, en raison des contraintes structurelles telles que promotions, réduction des écarts constatés en interne, effort sur les bas salaires ". L'épargne salariale en baisse En fait, c'est surtout du côté de l'épargne salariale que l'étude a de quoi rendre prudent. Cette année, les montants versés au titre de la participation et de l'intéressement sont en net recul (entre 5% et 10%). Outre l'alourdissement passé du forfait social, " cette diminution s'explique en partie par le contexte économique et les résultats financiers des entreprises ne permettant pas de verser des niveaux habituels ", précise Deloitte. Inutile de dire qu'en l'absence de redressement économique en 2015, ce volet des rémunérations pourrait rester sous pression.