Les agences de notation prises pour cible à Wall Street

  • A
  • A
Les agences de notation prises pour cible à Wall Street
Partagez sur :

McGraw-Hill, maison-mère de Standard & Poor's plongeait de 14% à Wall Street, tandis que le titre Moody's s'effondre de 11% dans son sillage !...

McGraw-Hill, maison-mère de Standard & Poor's plongeait de 14% lundi soir à Wall Street, tandis que le titre Moody's s'effondrait de 11% dans son sillage ! McGraw A en effet confirmé les rumeurs relayées par le Wall Street Journal, faisant état d'une action du Département de Justice contre S&P... Le procès civil qui devrait donc être engagé contre Standard & Poor's concerne les notations de produits mortgage (CDO) avant la crise financière. L'agence a beau souligner que ce cas est "sans mérite factuel ou légal", la nouvelle a fait visiblement fuir les investisseurs... Trop optimiste S&P s'est par ailleurs défendu en livrant une attaque en règle contre Moody's, sans toutefois nommer clairement sa rivale. L'unité de McGraw explique ainsi que "chaque CDO que le DoJ nous a cité recevait également de manière indépendante, la même notation de la part d'une autre agence". Seraient donc en cause, les notations bien trop optimistes de l'agence S&P sur des produits "securities mortgage" dont la valeur avait par la suite plongé, alimentant la crise en 2008 et 2009. Le Département de Justice a informé Standard & Poor's de son intention de lancer une action au civil, concentrée sur les notes de certains produits mortgage en 2007. Il s'agirait, sur ce thème, de la première action majeure du gouvernement des Etats-Unis contre une agence. Problèmes limités Pour sa défense, S&P relève tout de même que les accusations ignorent le fait que l'agence disposait des mêmes données sur ces produits à risque que les autres intervenants, ainsi que les responsables politiques. L'agence constate d'ailleurs que des responsables gouvernementaux américains avaient affirmé publiquement en 2007 que les problèmes du marché des subprimes semblaient "limités"... L'agence dit "regretter profondément" que ses notes de l'époque n'aient pas pleinement reflété la rapide détérioration des conditions du marché mortgage américain. Cependant, S&P estime avoir agi en 2007 avant d'autres agences...