Les ados utilisent moins souvent Facebook, Wall Street s'inquiète

  • A
  • A
Les ados utilisent moins souvent Facebook, Wall Street s'inquiète
Partagez sur :

Après les résultats du réseau social, les investisseurs ont modéré leurs ardeurs devant les commentaires du management concernant la fréquence des publicités, que le groupe n'entend pas augmenter dans l'immédiat...

Le titre Facebook, qui s'envolait jusqu'à +15% après bourse hier à Wall Street suite à des résultats meilleurs que prévu, a fini sa course pratiquement stable, toujours en post-clôture, calmé par les commentaires de la direction du réseau social californien durant la 'conference call'. Les investisseurs ont modéré leurs ardeurs devant les propos du management concernant la fréquence des publicités, que le groupe n'entend pas augmenter dans l'immédiat. En juillet, Facebook avait fait état d'une publicité toutes les vingt histoires apparaissant dans le 'newsfeed', proportion qui ne semble guère avoir évolué pour l'instant (un peu plus de 5% selon le directeur financier). D'autres inquiétudes portent sur l'observation des adolescents américains, qui fréquentent moins souvent le réseau social. Le groupe revendique désormais 1,19 milliard d'utilisateurs actifs mensuels à fin septembre, contre 1,15 milliard fin juin 2013. 507 millions sont des utilisateurs mobiles quotidiens. Mark Zuckerberg, le dirigeant du groupe, a expliqué hier soir que l'utilisateur quotidien moyen de Facebook 's'engageait' généralement sur plus d'une publicité par semaine. Revenus mobiles Les revenus mobiles de publicité, scrutés par les analystes, ont représenté 49% des revenus publicitaires du groupe durant ce troisième trimestre, à 880 millions de dollars environ. Il s'agit là encore d'une énorme progression par rapport à l'année dernière. Les revenus publicitaires totaux se sont envolés de 66% en glissement annuel. Les ventes totales ont grimpé de 60%. Le réseau social leader a tout de même dégagé pour le trimestre clos fin septembre un copieux bénéfice net de 425 millions de dollars et 17 cents par titre, contre une perte nette de 59 M$ et 2 cents par titre un an plus tôt. Cela représente une considérable amélioration, tandis que le bpa ajusté, de 25 cents, a amplement dépassé un consensus quant à lui logé à 19 cents par titre. Les revenus trimestriels ont totalisé 2,02 milliards de dollars, contre 1,91 milliard de consensus.