Les "60 propositions" de François Hollande pour la France

  • A
  • A
Les "60 propositions" de François Hollande pour la France
Partagez sur :

Impôts, éducation, emploi, finance... Le candidat socialiste détaille son projet dans un livret d'une quarantaine de pages.

C'est ce jeudi que le candidat socialiste à la présidentielle lève le voile sur son programme électoral. 'Le Parisien' s'est procuré en exclusivité les "60 propositions" que François Hollande doit dévoiler ce matin en conférence de presse, à la Maison des Métallos, à Paris. Au total, une enveloppe de 20 milliards d'euros de dépenses nouvelles est prévue, pour l'industrie, ou l'emploi des jeunes. Elle sera financée par la réduction des cadeaux ou "niches" fiscales, qui passeront de 50 à 29 milliards, et une augmentation du taux de prélèvements obligatoires, qui passera à 46,9% à la fin de son quinquennat, détaille le quotidien, soit un des taux les plus élevés d'Europe. Le candidat socialiste explique, dans un document d'une quarantaine de pages, qu'il compte s'appuyer sur les PME pour relancer la croissance et l'emploi, avec la création d'une "banque publique d'investissement". Il propose une refonte de l'impôt sur les sociétés au profit de ces entreprises. Les TPE seront taxées à hauteur de 15%, et le taux atteindra 30% pour les PME, et de 35% pour les plus grandes sociétés. "Contre le chômage, Hollande confirme son 'contrat de génération' (embauche d'un jeune contre maintien dans l'emploi d'un sénior)". Par ailleurs, "150.000 emplois d'avenir seront créés pour les jeunes des quartiers en priorité". La réforme fiscale passera entre autres par "une fusion à terme de l'impôt sur le revenu et de la CSG", pour aboutir à un "prélèvement sur le revenu, ou PSR. "Une tranche supplémentaire de 45% pour les revenus supérieurs à 150.000 euros par part sera créée". Le candidat compte aussi revenir sur les allègements de l'impôt sur la fortune décidés par le gouvernement actuel, "en relevant les taux d'imposition des plus gros patrimoines". Un coup de rabot est prévu sur les réductions d'impôts obtenues grâce aux niches fiscales, avec un plafonnement à 10.000 euros par an. L'abattement sur les droits de succession sera ramené à 100.000 euros par enfant, contre 159.325 actuellement. En matière de logement, le candidat socialiste promet la construction de 2,5 millions de logements intermédiaires, dont 150.000 "très sociaux" au cours de son quinquennat, grâce au doublement du plafond du livret A. Le domaine de l'éducation est également traité, avec comme annoncé la création de 60.000 postes supplémentaires dans l'éducation. "Je préserverai le statut public des entreprises détenues majoritairement pas l'Etat", écrit aussi François Hollande, cité par 'Le Parisien'. Pas question donc de modifier le statut de la SNCF ou de La Poste... Concernant la finance, décrite dans son discours du Bourget comme le "véritable adversaire", François Hollande réitère son idée de séparer activités de dépôt et d'investissement. La suppression des stock-options, tout en encadrant les bonus, la création d'une taxe sur les transactions financières et d'une agence publique de notation figurent aussi parmi ses propositions. S'y ajoute l'augmentation de 15% de la taxation des bénéfices des banques.